La guerre d’André Warnod

Formé aux Beaux-Arts et connu pour être l’inventeur de l’appellation « École de Paris » en 1925, André Warnod débute en 1909 comme journaliste, dessinateur et critique d’art pour le journal Comœdia.

En août 1914, il est mobilisé dans l’infanterie, d’abord comme soldat de 2e classe, puis comme brancardier. Il est fait prisonnier en octobre 1914 et reste en captivité en Allemagne pendant neuf mois. À son retour en France, à l’été 1915, il témoigne dans la presse et dans ses productions littéraires et graphiques de son expérience dans un camp allemand de prisonniers. Il rejoint par la suite l’Ambulance russe puis une section de camouflage avant d’être renvoyé au front comme brancardier divisionnaire. Commotionné lors d’une bataille, il est hospitalisé et finalement affecté dans une section de secrétaires d’état-major.

La correspondance qu’il entretient pendant le conflit avec sa fiancée puis femme, ainsi qu’avec d’autres membres de sa famille, des amis et relations, est encore inédite. Elle renseigne sur l’expérience individuelle d’un intellectuel en guerre, la captivité en Allemagne, les liens amoureux et sociaux pendant le conflit, la création en temps de guerre, l’expérience traumatique du conflit.