[30 juillet 1914]*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Jeudi

Ma chère petite Dédée,

Les nouvelles sont terribles ce soir. Pawlowski1 part au ministère de l’Intérieur où il a été convoqué avec les directeurs de journaux. On dit des choses des plus alarmantes. La mobilisation sera peut-être pour demain ; on est encore sûr de rien mais c’est très très grave.

Je reçois ta lettre mon pauvre petit. Tu peux penser dans quel désespoir je serais si je dois te quitter : sur le seuil même et avant d’être entré dans cette maison qui devait être la nôtre2. C’est une chose trop affreuse pour qu’on puisse bien se l’imaginer.

La fièvre commence à s’emparer de Paris. On refuse dans tous les magasins les billets de banque, l’or est introuvable, l’argent est très rare. Si véritablement il y a la guerre Paris sera infernal.

Ma chère petite Dédée, il serait vraiment navrant que je m’en aille dans quelques jours.

Par une singulière ironie j’ai dû m’occuper cet après-midi de notre maison, j’ai vu les peintres, le papier. Je dois voir le propriétaire demain matin !

Enfin, même si tout va mal, je reviendrai bien un jour et notre bonheur n’aura été que retardé.

Je te demande pardon de donner de si mauvaises nouvelles. Jusqu’à tout à l’heure j’avais encore bon espoir. Je souhaite n’être que sous le coup des mauvaises nouvelles… Mais Pawlowski m’a causé très sérieusement. Je viens d’une banque où l’on vient de recevoir un terrible télégramme de Berlin, la catastrophe me paraît en ce moment inévitable. Peut-être cela va-t-il encore changer.

Enfin, je t’aime mon petit de toutes mes forces, je ne cesserai pas une minute de penser à toi. Je  pars le 2e jour de la mobilisation écris-moi vite.

Je t’embrasse   AW

Rien n’est encore définitif. Peut-être peut-on espérer encore.

Dis-moi si tu as bien reçu mes lettres.

1 : Gaston de Pawlowski (1874-1933) est le rédacteur en chef du journal Comœdia qui emploie André Warnod.
2 : A l’été 1914, André Warnod et Andrée Cahen-Berr sont fiancés. Ils sont sur le point de se marier et de vivre ensemble. La guerre vient contrarier leurs projets de vie commune.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.