[30 juillet 1914]*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Jeudi minuit

Ma chère Dédée

Ma lettre d’hier soir était je l’espère trop pessimiste. Cela va un petit peu mieux. J’ai vu ton oncle Papou1. Il vous écrit par le même courrier.

J’espère avoir une lettre de toi demain matin.

Je t’embrasse très tendrement.

Mes bonnes affections à ta maman.

                                                             André Warnod

1 : Il s’agit d’Émile Berr (1855-1923), journaliste, rédacteur en chef au Figaro et créateur du supplément littéraire de ce journal.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.