[Juillet 1914]*

Deux lettres d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère p’tite Andrée1

Ne m’avez-vous pas dit que vous aviez l’intention de passer chez c’te concierge du 40 rue Condorcet2 pour qu’elle ne nous oublie pas. Si vous le faites, je crois que vous pouvez lui donner une réponse tout à fait affirmative, et lui dire que la visite que je lui ferai le lendemain mardi sera tout à fait définitive.

Mais si vous n’avez pas le temps que cela ne vous dérange pas. Je lui téléphonerai de mon côté demain matin. Je pense vraiment que nous ne saurons trouver un logis plus plaisant que nous serons tout bien dans cette belle maison. Je me réjouis tout plein de cet heureux temps.

Et puis à demain ma chère p’tite Andrée, je pense qu’il y aura du soleil et je vous embrasse tendrement. Mes bonnes affections à votre mère.

AW

Ma chère p’tite Dédé3

Avez-vous vu les Dauphin4 hier. Je leur ai téléphoné au commencement de l’après-midi et puis à la fin et encore dans la soirée mais sans le moindre résultat. Je leur téléphonerai encore demain matin ou bien peut-être avez-vous une réponse d’eux pour demain soir.

Je viendrai vous prendre à 11 heures ainsi que nous l’avons convenu, je pense bien être à l’heure. Je m’excuse encore de ces retards qui ont marqué presque chacun de nos rendez-vous. Vous devez penser que l’exactitude est une bien grande qualité et qu’il est regrettable que j’en ai si peu mais j’espère bien en acquérir davantage.

Je suis très heureux d’avoir dans ma poche cette quittance de loyer5, c’est la première manifestation de notre vie commune. Maintenant que nous avons une maison, il semble que nous sommes bien plus fiancés6. Vous ne sauriez croire comme je me réjouis d’habiter dans c’te maison où il ne nous arrivera, je le souhaite, que des choses heureuses.

Alors à demain ma chère p’tite Dédé je vous embrasse bien tendrement.

Mes bonnes affections à votre mère.

André Warnod

PS : vous serez bien gentille de me faire penser à vous demander ce Lys rouge7.

1 : Lettre comprenant, dans la marge supérieure, un petit dessin représentant un personnage féminin tenant dans ses mains un bouquet de fleurs et une sorte de hachoir de cuisine, accompagné d’un chien. “Dédée”, parfois orthographié “Dédé” avec ou sans accent sur le premier “e”, est le nom qu’André Warnod donne affectueusement à sa fiancée. Jeanine Warnod écrit dans son ouvrage de souvenirs L’École de Paris… que pour tous ses proches Andrée Cahen-Berr était “la p’tite Dédée” (p.40-41).
2 : Adresse de l’appartement qu’André Warnod et Andrée Cahen-Berr convoitent pour leur vie future à Paris.
3 : Lettre comprenant, dans la marge supérieure, un petit dessin représentant un personnage masculin muni du même bouquet et du même hachoir que dans le dessin figurant sur la première lettre, accompagné du même chien.
4 : Il s’agit de l’artiste Louis Dauphin (1885-1926) et de son épouse, Lili Brisson. Cette dernière est l’une des filles d’Adolphe Brisson et Yvonne Sarcey ; le premier dirige la revue des Annales politiques et littéraires et la seconde fonde en 1907 “l’université des Annales”, connue pour ses conférences. C’est là que se rencontrent pour la première fois André Warnod et Andrée Cahen-Berr en 1913.
5 : Celle de l’appartement de la rue Condorcet.
6 : André Warnod et Andrée Cahen-Berr se sont fiancés le 15 mai 1914.
7 : Il s’agit probablement d’une référence au roman d’Anatole France Le Lys rouge paru en 1894.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search