[30 juillet 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Le Grand-Hôtel, Saint-Gervais-Les-Bains1

Jeudi

Mon petit à moi ! Enfin ce matin j’ai une lettre de toi ! La vie est un peu moins laide, les nouvelles de Paris sont meilleures. Il fait froid mais il ne pleut pas et puis enfin je trouve en me réveillant ta petite écriture ! Ça va un peu mieux. Hier la journée a encore été tragique. 70 personnes sont parties affolées d’une heure à l’autre. Tu vois si c’était remontant ! Je suis sûre qu’à Paris on était beaucoup plus calme. Ici c’était la panique générale. Même Maurice Leblanc, (tu le connais peut-être, c’est celui d’Arsène Lupin) qui nous avait dit qu’il attendrait le dernier moment faisait ses malles ! Nous ne savions vraiment plus que faire ! 

C’est à ce moment qu’une grande joie m’est arrivée. J’ai vu se dresser devant moi devine qui ? Marcelle Léon. Tu sais l’horreur qui va aux Annales, que personne n’aime et qui a une figure dont la bouche fiche le camp en arrière. Mais hier je l’ai trouvée jolie. C’était quelqu’un que je connaissais ! Elle avait des nouvelles de Paris meilleures, à partir de 5 heures on commença à respirer un peu plus. Les journées sont longues mon amour chéri avec ça un froid de canard, j’en profite pour mettre toutes les robes que tu n’aimes pas ! Je dégoûterai tout l’hôtel mais je garderai bien frais tout ce qu’aime mon petit. Quand nous partirons tous les deux ! J’y pense souvent. Toute la journée même je te jure mon petit chéri que je ferai tout pour que tu sois heureux, et que tu ne sauras plus jamais ce que le mot spleen veut dire ! Et moi je suis certaine que je serai très heureuse avec toi, je ne te demanderai qu’une chose, c’est de m’aimer toujours toujours ! Et de ne jamais rentrer dîner à deux heures du matin !!! Voilà tout.

Je pense qu’il y a huit jours nous prenions un Dubonnet2 à l’eau dans le petit café de Montmartre ce que je donnerais pour y être.

Mère essaye d’appuyer sur certaines syllabes et de glisser le mot sournoisement dans chacune de ses phrases pour me donner l’illusion que tu es là mais… en vain.

Mon amour chéri il faut que je te quitte, car je suis encore dans mon lit et il va être onze heures ! Surtout écris-moi tous les jours, c’est mon seul remontant. Et tes lettres me feront plus de bien que tout l’air que je pourrai respirer.

Ta petite femme t’embrasse follement, elle t’adore.

Ton Andrée

Quand tu auras un article dans Comœdia envoie-le moi, on ne le reçoit pas ici. Donne-moi l’adresse de ta mère.

Pense que c’est bientôt le 1er août pour le [grés] de notre maison. Si tu commandes les petits fauteuils, tu devrais leur recommander de faire l’acajou très foncé presque noir. Il me semble que ça serait plus joli, ça irait mieux avec le piano. Notre maison, que je voudrais y être !

1 : Papier à en-tête de l’hôtel.
2 : Boisson apéritive conçue en 1846 par un chimiste et destinée originellement à servir de remède contre le paludisme.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.