[31 juillet 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Le Grand Hôtel, St-Gervais-Les-Bains1

Vendredi

Mon petit, je reçois ta lettre à l’instant, je suis complètement folle. Nous ne savons plus que faire, tout l’hôtel se vide, je sens que si je reste ici je vais tomber malade, et d’un autre côté revenir à Paris, si tout s’arrange ce serait fou. Si cela ne dépendait que de moi, je serais depuis déjà trois jours près de toi, car te savoir tout seul dans ce Paris, et n’être pas là c’est trop affreux. Mon pauvre chéri, nous étions trop heureux cela ne pouvait pas durer. C’était si bon de se sentir l’un près de l’autre.

Être séparé pour une raison aussi stupide. Hier la journée a été affreuse ici, mais j’ai eu un moment de joie en voyant arriver Pierre et Lucette2. Ils ont dîné avec nous et couché dans notre hôtel, ils sont allés aujourd’hui à Chamonix et doivent venir nous dire au revoir avant de partir à Genève. J’étais si contente de voir Pierre il me semblait que c’était une petite partie de toi. Je les ai envié d’être tous les deux. Mon amour chéri je suis trop malheureuse d’être sans toi, surtout ne te fatigue pas trop, et si tu pars tu peux te dire que je t’adore que je souffre trop d’être loin de toi, et que je suis toute à toi.

Mon chéri je te quitte.

Je t’embrasse, je t’aime

Ton Andrée

J’ai bien reçu toutes tes lettres. Continue.

1 : Papier à en-tête de l’hôtel.
2 : Pierre est l’un des deux frères d’André Warnod ; Lucette est l’épouse de Pierre.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.