16 août 1914*

 

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Armée de l’Est

Ma chère petite Andrée1

Tu ne peux t’imaginer le plaisir que m’ont fait tes 2 lettres, les 2 premières que je reçois.

Elles ont donc mis plus de 15 jours pour arriver. As-tu reçu celles que je t’ai envoyées à Paris chez les Alex ?

Je me sens si loin de tout, si loin et l’on n’aperçoit pas la fin de cette histoire. Enfin, je ne suis ni malade, ni blessé. C’est déjà bien.

Et toi que deviens-tu ? Es-tu toujours à St Gervais ? C’est affreux d’être ainsi séparé, aussi absolument, je pense beaucoup à toi, je ne pense guère à autre chose dans l’abrutissement de cette vie qui est bien celle que je prévoyais.

Et puis je ne peux presque plus penser à rien dans cette extrême monotonie. J’espère seulement te revoir bientôt.

Voici une adresse encore plus précise.

A Warnod 269e d’inf. 19e Cie par Troyes. Il y a à Troyes un dépôt qui se charge des distributions générales et militaires.

A bientôt. Je t’aime tout plein et je t’embrasse des masses de fois.

A WD

Nous ne pouvons écrire davantage.

1 : Lettre-enveloppe portant le cachet du 16 août 1914, adressée à Andrée Cahen-Berr chez Mme Salomons, 5 rue de Chantilly, Paris. L’écriture d’André Warnod se fait chaotique dans ce courrier; elle reflète sans doute l’inconfort matériel dans lequel il se trouve.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.