24-25 août 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère petite Andrée1

Et tout d’abord excuse le triste état de cette lettre et de toutes les autres. Nous sommes depuis près de 15 jours dans un bois. Il a beaucoup plu. Nos habits ont été tant traversés de fois que nous n’avons plus rien de propre. On est horrible, avec des barbes, des uniformes couverts de terre et de boue. Enfin il ne fait pas trop froid, c’est une heureuse chose pour coucher dehors. On ne se déshabille jamais on ne se dés-harnache que rarement. Nous sommes juste à la frontière. On entend de tous les côtés des coups de fusil et de canon.

C’est la première grande lettre que je t’écris parce qu’il nous était jusqu’à présent interdit de dire où nous étions… Enfin je ne suis pas malade et comme nous ne nous sommes pas encore battus je n’ai naturellement reçu aucun mauvais coup.

Mais plusieurs fois déjà nous avons été tout près des batailles.

Il y a des villages qui brûlent. Les obus allemands font beaucoup de bruit mais jusqu’à présent ne font presque pas de mal. Jusqu’à présent la guerre est bien ce que je prévoyais. C’est une vie atrocement dure, on atteint le maximum de l’inconfortable mais j’arrive à avoir presque toujours mon café.

Tu te souviens de Riquette aux enfers2 ; je suis punie de ma manie de café. C’est moi qui tout en haut de mon sac porte le moulin à café de l’escouade et quand je me traîne au soleil avec ce terrible sac je sens ce moulin qui s’ajoute à tout ce que je porte.

Et dans cette aventure je pense beaucoup à toi. Je reçois ta lettre de la rue Labruyère. Comme je l’aime mon cher petit. La vie que nous aurons dans notre maison me paraît comme un rêve magnifique. Après la vie de bête sauvage que je mène avoir une maison me semble un bien inappréciable et t’avoir près de moi une chose tellement belle et tellement heureuse. Quel cauchemar on aura traversé ! Ce temps viendra bientôt je pense mais quand ?…

Et en attendant, combien de jours encore ?

Écris-moi, tes lettres finiront bien par m’arriver un jour. J’espère que tu as fait bon voyage que tu es à Paris. J’ai reçu une lettre de l’oncle Papou, des Alex. Je les remercie beaucoup.

Mardi 253

Nous voici dans un autre pays. Nous avons marché près de 20 heures de suite une nuit et près d’un jour. Je reçois tes lettres. Elles me réconfortent. Je t’aime mon petit [plus] que tout au monde.

Écris-moi, les lettres prennent du temps pour arriver. Je t’écris presque tous les jours.

On se [presse ici]. Le canon tonne tout près. Nous entrerons en Allemagne peut-être aujourd’hui.

Je t’aime.

AW

19e compagnie – 269e régiment – 70e division – Armée de l’Est

Inutile de mettre Toul, mais plutôt par Troyes.

1 : Lettre et enveloppe à destination de Mme Andrée Cahen-Berre chez Mr Salomons, 5 rue de Chantilly, Paris. La première partie de la lettre est rédigée avec un crayon de couleur violette. Le cachet de la poste apposé sur l’enveloppe indique la date du 26 août 1914, correspondant probablement à la date d’arrivée.
2 : Possible référence à un personnage d’opéra-comique. La référence exacte reste à identifier.
3 : La suite de la lettre et l’adresse figurant sur l’enveloppe sont écrites au crayon graphite.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.