27 août 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Jeudi 27

Excuse encore la saleté de cette lettre

Ma chère petite Dédée

J’ai reçu hier tout un paquet de lettre de toi. Tu ne peux t’imaginer le plaisir qu’elles m’ont fait. On était à la lisière d’un bois, le soir. On a appelé les caporaux ! Aux lettres !! Le caporal de mon escouade est revenu en criant triomphalement « il y en a pour tout le monde ». Il a fallu allumer une lanterne pour les distribuer, il avait plu toute la journée, les allumettes ne prenaient pas. Enfin une a flambé et on s’est mis à lire, encore que de tous les côtés on criait « éteignez les feux » parce qu’on était tout près de l’ennemi et que cette lanterne était un point de mire pour leurs canons.

J’espère qu’à présent tu reçois mes lettres. Je t’en ai écrit beaucoup, pas très longues mais le plus qu’il m’était possible.

Nous avons encore changé de pays. Il y a là une grande bataille à laquelle nous n’avons été que très peu mêlés… Le son de cette bataille était assez tragique, quand la nuit est venue des villages brûlaient, le ciel était tout rouge, nous avons traversé dans la nuit un village encombré de troupes de toutes sortes, des dragons, des artilleurs entre leurs canons, des voitures et puis des ambulances de blessés qu’on soignait. Ce n’est qu’au matin qu’on a su que les Allemands étaient en déroute et s’en allaient. Nous avions dormi quelques heures dans un champ et à ce moment-là notre commandant nous avait dit que nous étions obligés de reculer. Sitôt qu’il apprit la bonne nouvelle, il l’a dit à tout le monde et tous les soldats ne pensèrent plus qu’ils n’avaient pas mangé la veille et à peine dormi et on est repartis gaillardement. Nous sommes à présent dans un autre bois, on abat les arbres pour se chauffer, il pleut à verse. Cette nuit pour n’être cependant pas trop mouillés nous avons étendus sur nous des gerbes de blé d’un champ voisin.

C’est terrible les ravages qu’une guerre peut causer. En haut de la côte devant nous il y a des cadavres de Prussiens en tas dans les champs d’avoine. Les infirmiers passent en cortège avec des blessés. J’envie ceux qui seront soignés aux Annales2.

Ginisty et Jourdan1 sont à Toul ? Est-ce pour longtemps ? Je n’y suis restée que 3 jours et depuis ce temps nous sommes en campagne. Les vivres nous arrivent assez régulièrement. Les voitures nous apportent du pain, des légumes secs, et même de la viande fraîche. C’est à nous de nous débrouiller pour faire notre cuisine. Nous maraudons ce que nous trouvons dans les champs, nous achetons des sardines dans les villages quand on s’y arrête. Il y a des jours où nous arrivons presque à avoir un repas véritable, quand l’ordre de partir ou les obus ne nous obligent pas à partir avant que tout soit prêt.

Mais il est très difficile de se fournir la moindre des choses, aussi tu serais bien gentille de m’envoyer si tu le peux, par la poste en recommandé un petit paquet avec une chemise de flanelle, une paire de chaussette de coton, un tout petit flacon de teinture d’iode, un tout petit flacon d’élixir parégorique. C’est le fond d’une petite pharmacie indispensable et qui commence à s’épuiser. Si tu as la force ajoute un peu de chocolat et des cigarettes.

Je t’en remercie par avance.

J’ai retrouvé au 269e quelques figures de connaissance entre autres Mac Orlan3 mais il a été envoyé il y a quelques jours à l’infirmerie de Troyes, blessé au pied. Dans mon escouade est un avocat qui connaît très bien Pierre Ginisty et que j’avais vu aux Annales4, Etienne Caen5. Il y a aussi un journaliste du Matin6. C’est très heureux pour moi. Et puis ma chère petite Dédée je pense beaucoup à toi, j’ai au doigt ta bague et au poignet ta montre et sur la poitrine dans un sachet avec la médaille portant le numéro qui permet d’identifier ceux qui tombent dans les batailles, un petit morceau d’une lettre que tu as embrassée. Ce sont de réconfortants fétiches qui me font [prévoir] et espérer tout le bonheur que j’aurai près de toi dans notre maison.

Je t’embrasse tout plein.

A. Warnod

Toutes mes affections à ta mère.

1 : Pierre Ginisty (1884-1914), avocat et homme de lettres français. Jacques Jourdan (1880-1916), peintre français.
2 : Les locaux des Annales sont vraisemblablement reconvertis en hôpital dès le début de la guerre.
3 : Pierre Mac Orlan (1882-1970), écrivain français.
4 : Les Annales politiques et littéraires est une revue hebdomadaire éditée entre 1883 et 1939 et dirigée par Adolphe Brisson (1860-1925). Ce dernier est le père d’Anne-Marie Brisson, épouse de Pierre Ginisty.
5 : Étienne Caen (1885-1979), avocat français.
6 : Le Matin, journal édité entre 1884 et 1944. Un blog constitué à partir d’archives privées et publiques est dédié à l’histoire de ce journal (ici). Nous n’avons pas identifié le journaliste dont parle Warnod. Dans son ouvrage L’École de Paris, Jeanine Warnod site un extrait de lettre dans lequel la mort de ce journaliste est mentionnée « Mon pauvre ami du Matin est mort » (p.54).

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.