28-29 août 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Vendredi 28

Ma chère petite Dédée1

Je reçois tes lettres datées du 19 et du 20. Je pense que les miennes te parviennent dans le même temps.

Je t’écris tapi dans une haie, les obus sifflent au-dessus de ma tête mais ce sont les obus français que lance une batterie d’artillerie qui bombarde les Allemands avec un bruit infernal. J’étais en sentinelle cette nuit. Dans la nuit, j’ai entendu un combat à quelques kilomètres. Personne de la 19e Cie n’a été encore tué ou blessé, je me porte bien, on s’habitue à tout, à manger n’importe quoi et à n’importe quelle heure, à dormir dehors, couché sur la terre tout habillé avec les cartouchières, le bidon, la baïonnette, la musette, tout un harnachement. On ne s’enrhume pas quand on s’éveille gelé et traversé par la pluie. C’est sans doute le grand air qui fait supporter tout cela.

Je ne sais pas du tout où peuvent être Robert et Pierre2. Peut-être pas loin de moi, on y rencontre des régiments de tous les coins de France.

Samedi 29, 5h matin

Je suis navré de voir l’état repoussant de cette lettre, mais il est impossible d’avoir quoi que ce soit de propre. C’est même une des choses les plus désagréables. Nous avons cette nuit couché dans une grange. C’est la 1ère fois depuis 10 jours. Dans le petit brouillard du matin nous sommes repartis pour notre haie d’hier. La canonnade n’a pas encore commencé. Nous resterons peut-être encore toute la journée ici. À perte de vue s’étendent des prés d’où s’élève un brouillard noir, des gouttes d’eau tombent des arbres mouillés. Comme je voudrais être près de toi comme je t’aime et comme j’aime à penser à la vie heureuse que nous aurons. Après de telles catastrophes les pires ennuis doivent paraître bien peu de choses. Cette guerre aura marqué véritablement un changement, une transformation et c’est une chose heureuse dans notre malheur de penser que nous allons commencer une vie toute neuve avec la vie nouvelle qui va recommencer. Ma chère petite Dédée comme je voudrais que ce temps-là soit arrivé et qu’aucun malheur ne soit venu gâter notre joie, que nous nous retrouvions tous comme avant.

Mais il me faut penser aux mauvaises choses et je ne veux penser qu’au plaisir que j’aurai de te revoir, à t’embrasser ma chère petite jolie.

Ne dit-on rien à Paris du temps que durera la guerre ? Ici nous avons moins de nouvelles que n’importe où et tu serais bien gentille si tu reçois le journal de découper les passages qui parlent de la guerre et de me les envoyer dans ta lettre. Lire quelque chose d’imprimé est ici une rareté ! Tu ne saurais croire comme tes lettres me font plaisir. C’est si précieux, [étant] entouré de tant de dureté, de trouver un peu de tendresse, de douceur et de délicatesse.

Sans tes lettres, sans les 2 camarades3 que j’ai ici, la vie serait intolérable.

8 heures

On ne se bat toujours pas et nous aurons peut-être du repos cet après-midi. Je vais tout à mon aise penser à toi.

Est-ce que Comœdia paraît toujours ? Que de changements je vais trouver. Je pense écrire des choses sur la guerre, sur les aventures d’une escouade, il y a beaucoup de pittoresque et de caractère. Je pense m’en souvenir.

Et surtout ma chère petite je t’aime je pense à toi. Écris-moi.

Je t’embrasse de tout mon cœur.

Mes affections à ta mère et aux Alex.

André Warnod

Tu seras bien gentille de mettre une enveloppe dans ta lettre car je commence à en manquer.

1 : Lettre avec enveloppe adressée à Mademoiselle Andrée Cahen-Berr chez Mr Salomons, 5 rue de Chantilly, Paris et portant le cachet de la poste daté du 30 août 1914.
2 : Il s’agit des deux frères d’André Warnod, tous deux mobilisés également.
3 : Il s’agit certainement d’Etienne Caen et du journaliste du Matin mentionnés dans la lettre précédente.
*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.