30 août 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Dimanche, 6h matin1

J’ai reçu des cartes de toi et une lettre datée du 20 et du 23. Les lettres arrivent presque aussi vite. Je pense que tu vas recevoir les lettres que je t’ai écrites il y a une dizaine de jours mais il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’il y ait un arrêt dans leurs arrivées car pendant plusieurs jours, à ce moment-là, nous avons été privés de toutes communications.

Je vais tâcher de t’écrire ainsi au jour le jour ce que je fais, j’espère que cela me sera possible si [nous] ne bougeons pas plus qu’en ce moment.

Je suis toujours dans une haie à protéger des batteries d’artillerie, des obus tombent, heureusement assez loin de nous, nos canons répondent. Peut-être Pierre est-il tout près d’ici. Un commandant d’artillerie de son régiment vient de passer à cheval. Peut-être tout le régiment est-il par ici. Un journal vient d’arriver de Nancy, les nouvelles qu’il contient sont très mesurées, on sait que la censure est très sévère. C’est très pénible de ne rien savoir. Des territoriaux, des majors et des [voituriers] avec des pelles reviennent des champs de bataille tout proche après avoir accompli leur funèbre besogne. Ils sont encore sous le coup de cette vision d’atroce épouvante. Il fait très chaud, des mouches bourdonnent au soleil qui tape dur. Nous sommes vautrés sur la terre sèche demandant en vain de l’ombre à cette haie de ronce aux épines aiguës. Une patrouille de dragons passe au trot avec la lance droite, souples [x] et [x] sur leurs petits chevaux. Ce sont des gens du Midi, ils parlent patois. Toute la compagnie cuit au soleil et somnole tirée par instant de son assoupissement par le sifflement ronronnant ou l’éclatement vibrant et sonore des obus à mitraille.

Comme je voudrais que cette guerre soit finie. Ce matin au petit jour c’était charmant ; comme j’aurais trouvé joli et pimpant ce petit chemin bordé de buisson si un jour le hasard nous y avait mené tous les deux. D’avoir pu hier se reposer, se laver, étendus à l’ombre d’arbres fruitiers dans un riche verger, il est venu un ennui plus grand encore. Il ne faut pas trop réfléchir, comme j’ai pensé à toi pendant ces quelques heures ! A ces après-midi à Montmartre dans les petites rues en [ruines], à ces fins de journées, tu te souviens dans cette guinguette ; dans les [feuilles] tout alors nous semblait si joli, si tendre, si souriant, et les expéditions pour trouver des meubles et la façon que nous avions de dire notre avis pour n’être jamais en désaccord et tous les beaux rêves qui nous paraissaient si proches et que les événements ont tant éloignés… comme il y a longtemps que nous ne nous sommes pas embrassés, comme tout cela est loin… c’est aujourd’hui dimanche. Je m’en aperçois par hasard, demain sans doute allons-nous marcher en avant.

Le soleil va se coucher encore une journée de passée, les obus tombent à présent sur un village tout proche, un oiseau dans ma haie salue quand même la fin du jour. Ma chère petite Andrée comme je voudrais être près de toi, te serrer tout contre moi, te câliner bien tendrement et t’embrasser.

Ma chère petite, continue à m’écrire tant que tu pourras. J’ai honte de t’envoyer ce vilain chiffon de papier qui a traîné dans ma cartouchière, serré entre les balles pointues.

Je t’aime et je t’embrasse tout plein.

André Warnod

Tu seras bien gentille de mettre dans tes lettres quelques enveloppes et quelques feuilles.

1 : Lettre avec enveloppe adressée à Mademoiselle Andrée Cahen-Berr chez Mr Salomons, 5 rue de Chantilly, Paris et portant le cachet de la poste daté du 31 août 1914.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.