5 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Dimanche 5 sept.

Les lettres arrivent aussi vite que les cartes1.

Ma chère p’tite Dedée

Ta lettre m’a fait un grand plaisir. Je vois que tu as bien reçu mes lettres. Aie toujours bien confiance. Il se peut que je reste plusieurs jours sans t’écrire sans que rien de grave ne se soit produit, simplement parce que je serai engagé dans quelque aventure pendant laquelle il est tout à fait impossible d’écrire et surtout de songer à envoyer une lettre.

J’ai été très content d’avoir des nouvelles de toi et de Paris. Il y a si longtemps que je n’ai plus entendu parler de rien ni de personne. Gir2 est en effet un de mes bons amis. Nous avons collaboré très intimement au temps où nous étions tous les deux à Paris Journal3. Ce sont des amis charmants que nous verrons certainement cet hiver si, ce qu’il faut espérer, la guerre est finie. Quel heureux temps ce sera alors et si quelque ennui survient, ces petits bouts de papier illisibles et crasseux que je t’envoie nous rappellerons qu’il est des ennuis plus considérables. Ce sera avec une bien [douce] émotion que je relirai tout près de toi cette lettre écrite dans une tranchée tandis que les obus allemands passent en sifflant au dessus de ma tête pour éclater tout près avec un bruit infernal dans une fumée noire. Nous ne sommes dans cette tranchée que depuis ce matin, encore que la bataille dure depuis deux jours mais hier, qui fut pour les autres une journée très rude, fut pour mon escouade d’un calme inattendu : nous étions restés toute la nuit à attendre l’ennemi. On se battait assez loin, au matin une section de mitrailleuse prit notre place et nous étions les 15 soldats de l’escouade indésirables partout, errant de place en place. Enfin nous trouvons un coin de libre, une petite tranchée où s’installer, on ouvre quelques boîtes de conserve et à ce moment tombe sur nous une grêle d’obus, la terre volait de tous les côtés, des pierres, des mottes, des balles sifflaient partout. C’était intenable, le sac sur la tête nous cherchions un autre coin et voilà que le sergent découvre une manière de trou, c’était l’entrée d’un souterrain. Nous y sommes restés un jour et une nuit. J’ai dormi je ne sais combien de temps pour rattraper un peu trop de nuits sans sommeil. Nous avions des boîtes de conserve de viande, des pommes cueillies en passant, un peu de pain. Au-dessus de nous cependant on entendait les chevaux galoper, des hommes courir, les escadrons passer, les obus éclater et les canons tirer. Ce matin seulement nous sommes sortis au jour. L’attaque des Allemands est repoussée, les Français prennent l’offensive.

Je suis sur la crête d’un coteau, à perte de vue s’étend la campagne avec des soldats et des villages bombardés et qui brûlent. Les Allemands incendient beaucoup. L’autre nuit, ils ont attaqué une ferme, ils étaient 5 ou 600. Ils avançaient en silence, baïonnette au canon quand les sentinelles les virent, il était trop tard. Ils s’élancèrent croyant trouver les Français dans la ferme, mais prudemment on s’était installés dans une tranchée à cent mètres, d’où on put canarder. Pas un des nôtres ne fut atteint par leurs balles. Ils s’en allèrent après avoir mis le feu à la ferme, la paille et le foin faisaient une lumière formidable mais le plus impressionnant est d’avoir entendu le son d’une sorte de trompe qu’ils ont pour se rallier. Ce sont trois ou quatre notes d’une mélancolie très prenante et qui doit très bien leur évoquer la douce Allemagne qu’ils ont quittée.

Raconte-moi ce qu’on dit à Paris et si tu peux envoie-moi des coupures de journaux. On a dû être très affolé de l’approche des Prussiens jusqu’à Compiègne.

Je continue à bien aller, mais je commence à être en loque. Ma capote n’a plus de boutons, mon pantalon s’effiloche avec d’innombrables accrocs, le tout couvert de terre et de taches !

Mon ami Caen a plutôt l’allure d’un des bandits qu’il défendait au palais que d’un avocat. Nous avons presque de vraies barbes, la peau noire, les mains avec des durillons et des écorchures. On arrive à s’habituer à tout cela, on dort sans s’occuper des cartouchières et de la poignée de la baïonnette qui vous entre dans les cotes et les reins. Pourvu que plus tard on ne paie pas tout cela par des rhumatismes et des douleurs. Dormir ainsi sur la terre mouillée, gelée le matin [vêtu à moitié] rendrait malade les plus robustes en temps ordinaire, sans compter l’impression nerveuse que cause toujours un peu l’arrivée d’un obus à quelques mètres ou la vision par trop atroce d’un cadavre oublié ou d’un blessé déchiqueté.

Comme il faudra beaucoup de tendresse et de douceur pour faire oublier tout ça ! Nous en reparlerons lorsque la guerre sera finie ma chère petite Dedée. Je t’aime tout plein et je t’embrasse des masses de fois. Au revoir.

AWd

La lettre d’Alex4 m’a fait un grand plaisir.

1 : Inscription ajoutée en haut de la lettre.
2 : Charles Gir (1883-1941), artiste français, illustrateur et caricaturiste.
3 : Paris (Paris journal), quotidien français publié entre 1881 et 1935.
4 : Alex Salomons est l’époux de Suzanne qui est la sœur d’Andrée Cahen-Berr.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.