8 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

8 [septembre1]

Ma chère petite Dedée

Je viens de l’échapper belle. Je suis un des rares survivants de la pauvre 19e escouade [sic] à laquelle la journée d’hier a été fatale. Dans la nuit on nous avait envoyé remplacer un bataillon de chasseurs à pieds qui tenait depuis 3 jours à 500 mètres de l’ennemi. Nous sommes restés toute la journée dans des tranchées fortifiées sous une pluie d’obus qui tombaient en grêle avec un fracas épouvantable. Vers 3 heures de l’après-midi une de ces tranchées s’effondra enterrant la section qui l’occupait. C’est alors que les Prussiens sortirent de leurs retranchements. Les balles nous sifflaient aux oreilles, on les voyait venir sur une route ; on les descendait le mieux qu’on pouvait. À côté de moi un petit sergent reçut une balle dans la tête, je m’arrêtai de tirer pour lui bander sa blessure. Un obus traversa le toit de notre tranchée. Tout allait cependant pour le mieux et déjà devant nous les ennemis commençaient à reculer quand tout à coup, un soldat plein de sang vint nous avertir qu’une tranchée était prise, que notre ligne était débordée et que les Prussiens arrivaient par derrière.

Ils arrivaient sur notre droite, baïonnette au canon. On donna l’ordre de sortir de cette tranchée qui était une sorte de fossé très profond et où nous ne pouvions bouger. Ce fut une chose atroce. La moitié de la 19e Cie y resta. Il y avait 200 mètres à faire sous une véritable rafale de mitraille, les balles sifflaient, les obus éclataient sous nos pieds, à chaque pas quelqu’un tombait.

Par miracle, je n’ai pas eu la moindre égratignure. Quand la nuit tomba, on se rassembla. Le lieutenant était mort, il n’y avait plus de sergent, un seul caporal, on était partis 250, on revenait 75. Un de mes camarades avait reçu à côté de moi une balle dans le bras et un éclat d’obus au genou. Je l’ai aidé à aller jusqu’à l’ambulance dans un village. Il n’y avait pas assez d’infirmier, j’ai aidé à le soigner. C’est un pauvre type qui était fiancé et qui devait justement se marier ce jour-là. C’est la 1ère fois que j’ai eu une si réelle idée de la guerre.

Nous sommes aujourd’hui dans un malheureux village bombardé et incendié. Les derniers habitants s’en vont. Les chasseurs à pieds arrachent les portes et les volets pour construire des retranchements. On s’aperçoit de la mauvaise foi des paysans qui ne voulaient rien nous vendre disant qu’ils n’avaient plus rien alors qu’au contraire leur cave est pleine de vin, de saucisse, d’un tas de choses qu’ils ont dû abandonner. On ne saurait en vouloir aux malheureux soldats affamés qui se partagent ces provisions, encore que des patrouilles sont chargées d’arrêter les pillards. Et toujours ce canon qui tonne, ces obus qui éclatent, ces maisons qui brûlent. Tout cela finit par détraquer les nerfs.

Enfin, je suis sain et sauf, je crois que dans quelques jours on nous donnera un peu de repos. Et puis le principal c’est que cette guerre soit finie, que je te retrouve, qu’on soit bien heureux et bien tranquilles.

J’ai reçu ton télégramme, j’espère que tu as fais bon voyage. Écris-moi de ce Midi. Je t’aime mon cher petit plus que tout. Ne t’inquiète pas. Aie bien confiance. Je ne me [frappe] pas du tout. C’est une question de chance et je suis sûr que le sort nous sera favorable. Tes lettres me sont un grand réconfort, dans les moments de trop grand désespoir me rappellent que la vie recommencera quand ces horreurs seront finies.

Je t’embrasse, je t’aime.

A WD

Excuse cette motte de terre qui vient s’écraser sur ma lettre2 et à bientôt.

Embrasse ta mère pour moi.

1 : C’est la date du 8 août qui est inscrite sur ce courrier mais elle ne peut être qu’erronée puisque André Warnod n’a encore participé à aucune bataille le 8 août alors que début septembre, son régiment participe à deux batailles dans la région de Gellenoncourt (Meurthe et Moselle). Le JMO du 269e RI évoque l’épreuve du feu du 1er septembre puis une offensive allemande le 7 septembre au cours de laquelle les 17e, 18e et 19e compagnies sont « soumises à un violent bombardement qui démolit en partie les tranchées. » Le bilan des affrontements est lourd pour la 19e compagnie à laquelle appartient Warnod : « 1 officier tué ; tués, blessés ou disparus : 122 ». C’est de cette dernière bataille qu’il est question dans cette lettre.

2 : Un trait relie cette phrase à une tâche brune sur le bord de la feuille.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.