9 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Mercredi 9 septembre. Le Grand Palais, Nice

Mon amour chéri

Ce matin le courrier de Paris n’est pas arrivé. Ce qui fait que je n’ai rien reçu de toi et cela me fait encore plus rager de penser que si je n’étais pas ici, j’aurais peut-être une lettre de mon chéri. Enfin j’espère que tu sauras bientôt que je suis à Nice et je crois que nous pourrons correspondre parfaitement puisque les communications ne seront coupées que près de Paris. Ce matin les nouvelles ont l’air meilleures. Les Russes avancent et la victoire est certaine, mais quand? Les nouvelles pour nous aussi sont assez vagues. Tout le monde est très optimiste et la plupart des gens espèrent que ce sera bientôt fini. On les embrasserait quand on entend dire cela.

La physionomie de Nice est très curieuse. Il y a des régiments en quantité. Beaucoup partent depuis quelques jours et quand je les vois partir le sac au dos, je pense à ton moulin à café1 mon tout petit et j’ai une toute petite larme en pensant à mon chéri. Les nouvelles sont affichées le matin et le soir aux journaux principaux d’ici. La foule se presse excitée. Tu ferais des croquis épatants mon amour car il y a de tout, des ouvriers, des duchesses, des soldats, beaucoup de hussards et de chasseurs alpins, tout le monde se parle et on se montre des casques prussiens que les nombreux blessés qui sont ici ont rapportés. Ils sont tous bien du reste, ils arrivent ici très fatigués et abrutis, mais au bout d’un ou deux jours de repos, ils sont très gais et se trouvent bien heureux. Je sais cela par le docteur de Giovanni, le beau-frère d’Hélène, médecin à l’hôpital militaire. Sa femme aussi est infirmière, la plupart des femmes sont d’un dévouement inouï, il est vrai que [ce] sont surtout celles qui n’ont personne [de] parti.

Je passe mes journées avec Hélène et Alice2, nous parlons de nos hommes ! Ce qui est pénible c’est d’être dans un beau pays, de voir des couchers de soleil, et d’avoir les deux bras libres et de penser qu’on pourrait avoir ce qu’on aime le plus au monde pendu à ce bras-là et pouvoir t’embrasser mon amour ! Tu te rappelles le petit bois de Ville d’Avray, on y retournera mon chéri et on se roulera dans l’herbe et dans les feuilles. Le soir nous faisons des réussites puis on lit les journaux, et on attend le courrier, on est un peu jalouse de celle qui a une lettre mais bien gentiment, on le montre le moins possible. C’est curieux de voir la mentalité des gens en ce moment, il y aurait des livres entiers à écrire sur les femmes pendant la guerre. Seulement pour cela, il faudrait avoir l’esprit libre et du talent.

Comme tu feras de belles choses en revenant, mais avant il faudra bien te reposer dans les bras de ta petite femme qui t’aime tant, pour qui tu es tout. Le bonheur pour moi est représenté par toi. C’est toi qui me l’as fait connaître et qui continueras à me le donner, en ce moment c’est un arrêt terrible, mais il ne faut surtout pas se démonter, et lutter, lutter, car après, il reviendra encore plus grand puisqu’on n’aura pas cessé ni un jour ni une minute de s’aimer. Je te quitte mon amour chéri, je continuerai demain puisque maintenant je vais t’écrire chaque jour. Tu risques de les recevoir, et moi il me semble que je me soulage un peu dans tes bras.

J’embrasse toi tout entier, je t’aime comme on ne peut pas plus t’aimer. Tu es mon petit chéri, mon amant.

Ta Dedée

1 : Voir la lettre d’André Warnod du 24-25 août 1914.
2 : Hélène Jourdan-Mohrange (1888-1861), violoniste, épouse du peintre Jacques Jourdan (1880-1916) et Alice Charpentier-Morhange, pianiste. Cette dernière épouse en 1915 le compositeur, chef d’orchestre et critique musical, Raymond Charpentier (1880-1960).

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.