[11-12 septembre 1914]*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère petite Andrée,

Je ne t’ai pas écrit ces jours derniers parce que j’avais les idées trop au noir. Le cafard ! Il pleut à torrent. On a peine à se remettre de cette horrible journée où nous avons perdu tant de camarades. Mon ami du Matin que je croyais sauvé n’est pas revenu, et n’a sans doute pas pu sortir de la tranchée, il a été fait prisonnier s’il n’a pas été tué à coup de baïonnette par les Prussiens. Tout est trempé et par comble j’avais attrapé un panaris, en montant la garde sur un talus glissant sur la terre mouillée, j’étais tombé juste sur cette malheureuse main. Ce matin cela va mieux. Un major m’a ouvert le doigt. Il pleut moins.

Je n’ai rien reçu depuis quelques temps. L’autre jour le sergent qui avait les lettres a été tué, et hier les voitures ont été accrochées par une telle volée de mitraille qu’on a pas pu les décharger mais ce n’est pas perdu.

Samedi – dernière minute – je suis nommé brancardier. J’ai un brassard de la Croix-Rouge. J’en suis content parce que c’est une chose nouvelle et peut-être intéressante.

Je t’embrasse. Je t’aime.

AW

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.