17 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

17 septembre 19141

Ma chère petite Dedée,

Beaucoup de calme après ces jours effroyables. Les Allemands battent en retraite. Nous nous reformons dans une ferme. Nous ne manquons de rien. On a tout à profusion. Des voitures vont à Nancy et ramènent tout ce qu’on veut, du linge, des habits.

Je pense qu’un grand pas est fait, et d’ailleurs à présent que je suis brancardier, que je ne marche plus qu’avec l’ambulance, j’ai encore moins de chance de recevoir quelque mauvais coup. Mais ne le disons pas trop vite.

Mon doigt est guéri ou à peu près… Mes nouvelles occupations m’occupent très peu en ce moment. Si ce n’est les funèbres besognes indispensables après de telles batailles. Il faut envoyer aux familles les souvenirs des morts et accomplir dans ce même ordre d’idée des choses dont il vaut mieux ne pas garder le souvenir. C’est une chose terrible qu’un champ de bataille. A présent tout s’arrange un peu. De belles croix marquent la place où sont restés tant de pauvres gens. Arranger tout cela a été effroyable, c’est une vision qu’on n’oublie pas.

Et toi ma chère petite Dedée, que deviens-tu ? Écris-moi, les lettres ne nous parviennent plus depuis plus de 8 jours mais cela reviendra comme aussi l’heureux temps où nous nous reverrons ma chère petite Dedée.

II

On se remet tout doucement. Mon pauvre ami du Matin est mort. J’ai retrouvé son corps dans cette tranchée tragique. On l’a enterré là avec beaucoup d’autres, c’est navrant.

Heureusement une joie est venue conjurer cette tristesse, parmi les nouveaux soldats qu’on nous a envoyés pour remplacer les disparus, j’ai vu arriver Pierre Mac Orlan. Tu penses si j’en ai été content. Un nouveau lieutenant aussi qui est presque un ami, c’est le cousin de Pierre Lecomte du Noüy2, il allait aussi aux Mortigny3.

Espérons que tout cela sera bientôt fini. Vivement que ce temps arrive ma chère petite Dedée. Je t’embrasse de tout mon cœur et je t’aime tout plein.

AW

Mes affections à ta mère.

Comme adresse ne plus mettre par Troyes : 269e Régiment, 19e Cie, 70e division.

1 : Enveloppe portant l’adresse suivante : Mademoiselle Andrée Cahen-Berr, chez Monsieur Goldstadt au Grand Paris, avenue de la Gare, Nice, Alpes Maritimes. Cette lettre est plus soignée que les précédentes : l’écriture d’André Warnod est plus lisible et vient confirmer qu’il se trouve momentanément à l’abri. La graphie des lettres est de ce point de vue très instructive pour saisir les conditions matérielles et psychologiques dans lesquelles l’auteur se trouve.

2 : Pierre Lecomte du Noüy (1883-1947), homme de lettres et de sciences.

3 : Il s’agit du Cercle des Mortigny, fondé en 1908 par Dimitri d’Osnobichine (1869-1956), peintre et officier russe, attaché militaire russe à Paris pendant la Première Guerre mondiale ayant contribué à la formation des Ambulances russes en 1915. Le Cercle des Mortigny regroupe des artistes et intellectuels parisiens.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.