18 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Émile Berr

18 sept.

Mon cher oncle1,

Cette lettre va être plus mal écrite encore que d’habitude parce que j’ai la main bandée. J’ai un panaris heureusement presque guéri. Tout va très bien, j’ai eu beaucoup de chance. Nous sommes à présent au repos après 3 semaines terribles, loin de tout, privés des choses les plus élémentaires sans quitter les tranchées et le champ de bataille. Je n’ai pas eu la moindre égratignure. Ma compagnie de 250 hommes a été réduite en un jour à 85. J’ai eu à traverser une centaine de mètres sous une grêle de balles et d’obus. Ce sont des minutes qu’on n’oublie pas. Les tranchées où nous étions avaient été [x]. Nous avons été entourés d’Allemands chargeant à la baïonnette. C’était le jour où Guillaume II était là, près de Nancy. On s’est défendus comme on a pu. Je suis sorti de cette aventure par miracle, avec les rares survivants de ma section.

À présent je suis brancardier. J’ai un beau brassard de la Croix-Rouge et je marche avec l’ambulance. Je m’occupe de blessés. J’identifie les morts. De cette façon, j’aurai vu la guerre sous des aspects très divers. Je me porte très bien, c’est une chose indispensable.

Andrée est sans doute bien arrivée à Nice. Quel bonheur j’aurai de la revoir.

Enfin, j’espère que cette guerre va bientôt finir et que nous nous retrouverons tous en bonne santé. Je me réjouis beaucoup.

Bien affectueusement.

André Warnod

269e de ligne, 19e compagnie, 70e division

1 : Cette lettre est adressée à Émile Berr, l’oncle d’Andrée Cahen-Berr.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.