10 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Jeudi 10 septembre. Le Grand Palais. Nice

Mon amour. Le courrier ce matin est arrivé avec cinq jours de retard, rien de toi naturellement, tes lettres écrites à Paris vont mettre un temps fou à venir jusqu’ici. J’espère que maintenant tu sais que je suis à Nice. Les nouvelles sont bonnes ce matin. Il faut avoir beaucoup d’espoir que cela aille plus vite, et qu’on se revoie vite, et qu’on se marie encore plus vite n’est-ce pas mon amour chéri.

J’ai un petit mot de Papou qui me dit t’avoir envoyé des cartes-lettres. J’espère que tu les auras reçues. Je te mets aussi du papier dans chaque lettre.

Mon petit, mon chéri, j’espère que tu n’es pas trop fatigué et que vous ne vous battez pas trop où vous êtes.

Ici les nouvelles viennent assez vite, mais sont brèves. Il fait beau, si tu savais ce que cela me dégoûte le ciel bleu sans toi, j’en suis écœurée. J’ai rêvé encore toute la nuit de toi, on était heureux follement comme on le sera bientôt, tu verras. Et puis il faudra revenir ici tous les deux, il y a tant de coins où tu pourrais faire des croquis, dans le vieux Nice, et puis le soir on irait au bord de la mer et là bien serrés tous deux on rattraperait ce temps où on a été si atrocement séparés. Et puis tu verras tous les bons petits plats que je te ferai faire ! Quel beau temps nous aurons alors. Encore quelques semaines de patience, de courage et ce sera fini j’espère.

Nous avons encore vu des hôtels admirables pour les blessés hier, comme ils doivent être heureux dans un lit. Mon pauvre petit chéri, tu seras bientôt dans le tien, j’en suis sûre. Tu sais celui qui a des jolies fleurs rouges, que je laisserai bien rouges et en face de ta chère commode ! Et d’un côté ta petite femme et de l’autre ta petite table en ébène [x] qui sera remplie de tout ce que tu aimeras. Seulement j’ai une peur terrible que tu trouves ta femme bien ennuyeuse car elle passera ses journées à t’embrasser.

Mon cher petit je te quitte, aie bon espoir. Je t’embrasse, je t’aime plus que tout au monde.

Ta Dedée

J’ai cueilli cette petite fleur pour toi, je l’ai embrassée comme je t’aurais embrassé.

Je mets mon adresse pour que tu aies ça de moins à écrire mon chéri1

1 : Mention rajoutée en haut de la lettre. Andrée envoie des enveloppes de réponse à André.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.