15 septembre 1914*

Lettre d’Alex Salomons et Cécile Cahen-Berr à André Warnod

Mardi, le 15 septembre

Mon bon petit

Nous recevons ce matin vos deux lettres du 5 et du 8 avec la description de la terrible bataille à laquelle vous avez pris part, remercions Dieu que vous en soyez sorti indemne.

J’espère que maintenant pour vous le plus dur est fait et les nouvelles continuent à être tous les jours meilleures. Cette affreuse guerre ne durera plus très longtemps.

Je vois que vous avez appris l’arrivée des Allemands jusqu’à Compiègne mais ils n’ont pu aller plus loin et ont depuis été rejetés à plus de 11 kilomètres. Les Russes de leur côté avancent merveilleusement. On dit même qu’ils ont envoyé des troupes ici, les Anglais sont admirables donc tout est pour nous faire espérer un prompt anéantissement de ces crapules.

Nous avons eu ce matin de bonnes nouvelles de votre chère maman qui ce matin-même en avait reçu de vous.

Notre chère petite Dedée va bien, nous la soignons et l’engraissons de notre mieux pour vous remettre une fraîche et jolie petite gosse à votre prochain retour. D’ailleurs le climat d’ici lui fera beaucoup de bien car nous jouissons d’un temps radieux.

Mon bon petit, je vous embrasse de tout cœur en vous souhaitant bonne chance et bonne santé.

Votre frère Alex Salomons

Mon petit chéri

Nous sommes si ravis de voir que tu es sorti indemne de cette mêlée que je ne puis attendre pour te dire la joie que nous a donné tes 2 lettres !!

Que dieu te protège et que tu nous reviennes bientôt, victorieux, sain et sauf… c’est le vœu que je fais en t’embrassant de tout mon cœur.

Ta petite [mère] [C.] Cahen-Berr1

Je t’écrirai bientôt plus longuement.

1 :Un doute subsiste sur l’identité de la personne qui écrit ces lignes mais il pourrait bien s’agir de Cécile Cahen-Berr qui est la mère d’Andrée (l’initiale du prénom reste assez lisible et conforte cette attribution). Les termes employés sont certes très affectueux, ce qui entretient le doute, mais la graphie et certaines formulations ne ressemblent pas au style d’Andrée. Elle aurait de plus probablement signé « Dedée » si elle avait été l’auteure de ces lignes.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.