16 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Mercredi 16 septembre. Le grand Palais. Nice

Mon petit chéri, je ne peux pas assez te dire ce que je bénis le ciel et ce que je te remercie de m’avoir écrit la lettre que j’ai reçue hier, et qui me disait que tu étais sain et sauf, sans elle il m’arrivait une chose atroce. Tu sais que j’avais écrit à un soldat blessé du 269ème lui demandant s’il te connaissait.

J’ai heureusement reçu sa réponse que ce matin, où il m’écrit très gentiment « qu’il est de la 19ème compagnie, qu’il connaît très bien Warnod mais comme la 19ème compagnie a été très fortement éprouvée, il ne peut me dire ce qu’il est devenu, sachant qu’il n’y a que 57 hommes sauvés sur toute la compagnie, il espère que Warnod est dans ceux-là ! »

Vraiment en lisant cette lettre malgré les nouvelles que j’avais de toi, j’en ai frémi et c’est une chose si heureuse que juste la 1ère lettre que je reçois à Nice est la tienne. Jamais je n’aurais pu m’imaginer que sur les 57 nous ayons ce bonheur, cette chance inouïe que tu en sois.

Ah mon amour, cela me fait encore plus espérer et me donne encore plus de courage. Nous allons bientôt nous revoir et nous serons si heureux. Ce soldat s’appelle Laurent François il est adjudant au 269ème et de la 19ème compagnie. Je vais aller le voir avec Alex, il me parlera de toi, et il peut maintenant me raconter les pires choses puisqu’il a été blessé le 7 septembre et que ta lettre est du 8. Mais je crois que je n’aurai plus jamais le courage d’écrire à un soldat pour demander de tes nouvelles car il peut y avoir des erreurs trop atroces. Pourvu mon chéri qu’on vous donne un peu de repos. Vous l’avez vraiment mérité. Quelques jours à Nice referaient de toi un soldat admirable.

Quatre mois aujourd’hui que nous sommes fiancés mon André chéri. Nous toucherions en ce moment presque au but, au jour où nous nous en irions tous les deux si tendrement unis. Tu vois nous ne croyions [pas] que ces quatre mois ne finiraient jamais, tout arrive mon petit aimé. Après ces horreurs que tu vois, une bonne petite vie calme et tranquille va recommencer et nous en jouirons tant.

Je t’envoie une photo que tante Louise a prise hier de moi dans le jardin, elle n’est pas très bien, je te l’envoie tout de même. Si tu la reçois le 24, tu l’auras tout contre ton cœur comme tu m’aurais eue ce jour-là. J’ai tes photos près de mon lit et dans mon sac, ce qui fait que tu ne me quittes ni le jour, ni la nuit. Mon petit que j’aime je te remercie de m’écrire quand tu es si fatigué. Si tu savais ce que c’est pour moi, tu en serais heureux. Chaque lettre c’est au moins quatre jours de grand courage, je les relis toute la journée, et j’embrasse ce papier que tu trouves crasseux, mais qui est si beau pour moi puisqu’il était sur toi.

Les nouvelles sont toujours très bonnes. J’espère que tu recevras celles que je t’ai envoyées à part ma [lettre] d’hier. Je te presse sur mon cœur, je t’aime tant mon petit, je t’embrasse, je t’aime.

Ta Dedée

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.