17 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Jeudi 17 septembre

Le grand Palais, Nice

Mon amour chéri. J’ai reçu hier seulement ta lettre du 41 qui avait été à Paris puis elle a mis huit jours à venir de Paris à Nice. C’est celle où tu me demandes de t’envoyer plusieurs choses. Je suppose que tu as tout reçu depuis longtemps car j’avais bien reçu ta première lettre et t’avais fait envoyer le 1er septembre, jour de notre départ, ce que tu me demandes. Il se pourrait même que tu le reçoives en double car j’avais chargé Papou d’ouvrir tes lettres qui arrivaient à Paris, justement au cas où tu me demanderais quelque chose. Il a dû le faire et probablement te renvoyer un double. Tant mieux. Surtout mon pauvre chéri demande-moi bien tout ce dont tu as besoin, c’est ma seule joie de penser que ça te fera plaisir. Moi je n’ai que ça à faire, penser à mon chéri et quand je saurai qu’un paquet est bien arrivé, je t’enverrai souvent des cigarettes et du chocolat mon petit. Que je suis fière de toi quand je pense à tout ce que tu as fait et vu. Toute la nuit je te voyais ton sac sur la tête passant au milieu des balles. Il n’y a qu’une chose qui me fait sourire, c’est l’idée que tu as une barbe ! Mon Dieu que je t’aimerais même avec une barbe mon petit et pour embrasser cette barbe-là je donnerais tout au monde. Ici la vie calme continue, elle ne s’agite que vers six heures où on va voir les nouvelles qui sont toujours très bonnes.

Tu as l’air d’être privé de ne rien avoir à lire. Si tu as quelques jours de repos, comme tu me le dis, écris-moi ce que tu veux que je t’envoie, les journaux on ne te les donnera pas à ce qu’il paraît. Je vais toujours t’envoyer une page du Figaro mais ça sera si vieux quand elle arrivera.

Beaucoup de soldats du 269e arrivent ici. J’irai voir ce Laurent. Si tu avais des camarades ici auxquels tu tiennes, dis-le moi, j’irai les voir. C’est inouï ce hasard qui amène justement le 269e ici. J’aime tout de même mieux ne pas te voir mon amour, et que tu ailles bien et que tu ne souffres pas. Mais il aurait pu arriver cette chose fantastique, que tu viennes ici et que tu me voies. On me dit que les troupes qui se sont beaucoup battues, on les met [un peu] en arrière, est-ce vrai? Il y a de bonnes nouvelles de Charpentier qu’on renvoie déjà à son dépôt à Chartres. Il n’a presque rien eu, Alice va aller le rejoindre à Chartres. Jourdan n’a pas l’air de se battre du tout, il écrit des lettres bien tranquilles. Je ne sais plus rien des Brisson.

Tu me demandes après notre maison mon chéri, elle nous attend, mais je crois qu’elle en est restée au point où tu l’as laissée. Je n’ai pas eu le courage d’y monter sans toi, les papiers ne sont pas collés puisque les ouvriers sont partis mais si ça te fait plaisir que je m’en occupe, dis-le moi et aussitôt rentrée, je ferai le nécessaire.

Dis-moi aussi pour ta maison de la rue la Bruyère. Tout est arrêté tu le penses bien, les gens ne déménagent ni n’emménagent plus. Mais si tu le veux Alex qui va rentrer à Paris ces jours-ci pourra aller jeter un coup d’œil. Bien entendu j’attends ta réponse avant de lui dire d’y aller. J’ai un mot de ta maman. Hier soir elle venait de voir ton oncle Rodolphe. Je lui ai tout de suite écrit que j’avais de tes nouvelles. Je la préviens chaque fois que j’ai une lettre de toi car de son côté, elle doit moins souvent avoir de tes nouvelles. Mon André chéri, cette guerre va bientôt finir tu vas voir nous allons nous retrouver si heureux. Tu l’auras mérité mon petit aimé notre maison sera jolie. Tu auras du calme, du bon repos, de la tendresse autour de toi, autant de baisers de ta femme que tu aurais reçu de balles et d’obus. Mon petit que j’aime, je t’embrasse à la folie.

Je t’aime.

Ta Dedée

1 : Il peut s’agir d’une lettre non retrouvée, effectivement datée du 4, ou bien de la lettre du 3 septembre ou de celle du 5 septembre, bien que n’y figure aucune demande de colis. Dans ces deux courriers, André demande des nouvelles de leur future maison, ce à quoi Andrée répond dans cette lettre.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.