18 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Vendredi 18 septembre. Le grand Palais, Nice

Mon petit chéri. Comme je pense à toi, et comme je t’aime. J’ai un peu espéré avoir un mot de toi ce matin, ce sera peut-être pour demain. 

J’ai été hier faire une grande visite à ton adjudant Laurent. Nous avons parlé de toi. Il a les jambes paralysées mais pour un moment seulement, il m’a raconté tout ce que tu me disais dans ta lettre. Comment il s’était retrouvé à moitié enterré dans la tranchée, un petit sergent est venu le dégager. Le voyage a été long mais pas trop fatiguant. Il a une belle chambre dans un des plus beaux hôtels de Nice à cinq minutes de chez nous, qu’il partage avec un jeune homme blessé le même jour mais pas de ton régiment. J’étais bien émue en le voyant, mais heureuse tout de même. Il m’a dit que tu étais si gentil et que vous causiez souvent le soir ensemble. J’ai dit « Ah oui Monsieur, il est gentil à qui le dites-vous! » Il m’a donné des détails sur votre vie. Nous nous sommes quittés très bons amis, je retournerai le voir et lui apporter du chocolat.

Il y a aussi un Marcel Lehmann du 269e qui est ici, il paraît que c’est un journaliste, est-ce que ce serait l’ami dont tu m’as parlé ? Dis-le moi, j’irai le voir. Ils sont tous très contents d’avoir des visites, car il y en a beaucoup qui ne peuvent faire venir leurs familles si loin. Il est bien entendu mon petit chéri, que tu aurais la moindre égratignure, tu me fais envoyer une dépêche et je viendrai le plus vite qu’il sera possible te rejoindre. Mais il ne faut pas parler de ça et espérer que tu vas continuer à bien aller.

Il y a une quantité de soldats blessés à la main, ils peuvent alors sortir et se baladent dans Nice toute la journée.

Alex part lundi pour Paris, il espère pouvoir rouvrir sa maison, et puis il s’ennuie tellement ici, et souffre de ne pas pouvoir se rendre plus utile. C’est touchant de voir l’amitié qu’il a pour toi. Le jour où ta lettre est arrivée à Nice, il a couru comme un fou me l’apporter, et était presque aussi ému que moi en la lisant. Il ferait n’importe quoi pour te rendre service. Ne te gène donc pas pour lui demander de t’envoyer ce dont tu aurais besoin.

As-tu encore un peu d’argent. Cela doit s’épuiser mon pauvre chéri depuis si longtemps que tu es parti. J’ai combiné ce matin toute notre petite vie dans notre maison quand tu reviendras. Tu verras ce sera épatant ce qu’on sera heureux. C’est vrai que tu ne pourras jamais assez l’être après tout ce qui tu auras enduré. Pourvu que j’arrive à te rendre aussi heureux que tu dois l’être. J’y mettrai tout mon amour, toute ma tendresse. Je te donne toute ma vie, je serai ta petite chose qui t’adorera. Tu feras de moi ce que tu voudras. Je t’aime tant. Mon cher petit, il me semble que depuis que nous sommes séparés on m’a enlevé un morceau de moi-même. Je ferais n’importe quoi pour te revoir. Enfin, les nouvelles sont toujours très bonnes, il faut bien espérer que cela finira bientôt. Revoir mon chéri aimé.

Je t’embrasse de tout mon cœur, je t’aime.

Ta Dedée

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.