19 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Samedi 191

Ma chère petite Dédée,

J’ai reçu hier soir tous ces paquets. J’en suis enchanté, tout cela me rend de grands services. Je n’avais plus rien. J’ai aussi reçu ta carte du 22. Tu vois le temps qu’il faut !

Reçois-tu mes lettres ? Comment es-tu à Nice ? Quel plaisir j’aurai à te revoir.

Nous voilà repartis. Nous sommes dans un village qui a été occupé pendant 3 semaines par les Bavarois. Il pleut, il fait froid. Heureusement que je suis à l’ambulance. Aussi au chaud que possible avec les quelques malades. Je ne pensais guère en partant finir la guerre brancardier. Tout arrive. Maintenant que j’ai été au feu tant de jours, je trouve très agréable ce nouvel état relativement très calme. Son premier avantage est de donner une grande liberté. Je peux aller et venir à ma guise et j’arrive aussi à manger très confortablement chez les paysans. C’est terrible ce qu’on arrive à manger : de grands bols de chocolat au lait, des poulets, des lapins, des pommes de terre en plus de ce qu’on mange à la compagnie. On se rattrape, et la nuit je dors bien tranquille sans plus jamais avoir à monter la garde. C’est heureux car il pleut à verse avec un vent affreux.

Le matin a lieu la visite des malades. Le mauvais temps a beaucoup accru leur nombre et malheureusement il est bien difficile de les soigner quand on est logé si inconfortablement. On passe la visite dans une grande chambre d’une maison. Comme meuble, il ne reste plus qu’un buffet Henri V. On a mis de la paille dans un coin pour remplacer les matelas que les Prussiens ont emportés. Les malades défilent et montrent leurs pauvres figures de gens souffrant et surtout démoralisés. D’être malades les décourage et ce découragement s’ajoute à leur mal. Ils sont surtout très fatigués. Cet épuisement doit être général, aussi bien chez nous que chez les Allemands. C’est ce qui fait espérer une fin prochaine de la guerre.

Nous avons pour venir ici traversé des pays dévastés, les arbres coupés, les maisons piétinées et de temps en temps des cadavres de soldats et de chevaux. Il y a des villages où toutes les maisons sont en ruines, brûlées et démolies par les obus. Un de ces villages s’appelle Harancourt et en lisant ce nom sur la plaque bleue restée par miracle intact sur son mur écroulé, j’ai pensé à l’Harancourt qui nous a fait visiter le musée de Cluny. Tu t’en souviens, cet été dernier. Comme c’était chic ce temps-là, et quel plaisir j’avais d’aller ainsi avec toi à travers Paris. Ma chère petite Dédée, j’ai de toi un très tendre souvenir. Le souvenir de tes caresses et de tes baisers. Je reçois cette lettre écrite dans ton lit à Nice. Ma chère petite Dédée, je pense à toi, je te revois dans tous tes gestes. Je t’aime. Pense à moi comme je pense à toi en attendant le temps où nous serons tout à fait l’un à l’autre.

Je t’aime, je t’embrasse, je te serre bien fort ma chère petite Dédée.

AW

1 : Enveloppe adressée à Andrée Cahen-Berr au Grand Palais à Nice, portant un cachet de la poste daté du 20 septembre 1914.
2 : Cette carte n’a pas été retrouvée.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.