9 octobre 1914*

Lettre-enveloppe d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

9 oct.

Ma chère petite Dédée,

Me voici au fond de l’Allemagne, prisonnier de guerre1. Je suis très bien traité. Je reste infirmier. Voici une adresse qui peut-être ira. Je t’embrasse bien tendrement.

André Warnod

Infirmier, Gefangenenlager, Merseburg2, Allemagne

1 : André Warnod est fait prisonnier le 2 octobre 1914 à Izel près de Douai.
2 : Le camp de Merseburg se situe près de Halle en Allemagne (Saxe), au nord-est de Leipzig.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

19 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Samedi 191

Ma chère petite Dédée,

J’ai reçu hier soir tous ces paquets. J’en suis enchanté, tout cela me rend de grands services. Je n’avais plus rien. J’ai aussi reçu ta carte du 22. Tu vois le temps qu’il faut !

Reçois-tu mes lettres ? Comment es-tu à Nice ? Quel plaisir j’aurai à te revoir.

Nous voilà repartis. Nous sommes dans un village qui a été occupé pendant 3 semaines par les Bavarois. Il pleut, il fait froid. Heureusement que je suis à l’ambulance. Aussi au chaud que possible avec les quelques malades. Je ne pensais guère en partant finir la guerre brancardier. Tout arrive. Maintenant que j’ai été au feu tant de jours, je trouve très agréable ce nouvel état relativement très calme. Son premier avantage est de donner une grande liberté. Je peux aller et venir à ma guise et j’arrive aussi à manger très confortablement chez les paysans. C’est terrible ce qu’on arrive à manger : de grands bols de chocolat au lait, des poulets, des lapins, des pommes de terre en plus de ce qu’on mange à la compagnie. On se rattrape, et la nuit je dors bien tranquille sans plus jamais avoir à monter la garde. C’est heureux car il pleut à verse avec un vent affreux.

Le matin a lieu la visite des malades. Le mauvais temps a beaucoup accru leur nombre et malheureusement il est bien difficile de les soigner quand on est logé si inconfortablement. On passe la visite dans une grande chambre d’une maison. Comme meuble, il ne reste plus qu’un buffet Henri V. On a mis de la paille dans un coin pour remplacer les matelas que les Prussiens ont emportés. Les malades défilent et montrent leurs pauvres figures de gens souffrant et surtout démoralisés. D’être malades les décourage et ce découragement s’ajoute à leur mal. Ils sont surtout très fatigués. Cet épuisement doit être général, aussi bien chez nous que chez les Allemands. C’est ce qui fait espérer une fin prochaine de la guerre.

Nous avons pour venir ici traversé des pays dévastés, les arbres coupés, les maisons piétinées et de temps en temps des cadavres de soldats et de chevaux. Il y a des villages où toutes les maisons sont en ruines, brûlées et démolies par les obus. Un de ces villages s’appelle Harancourt et en lisant ce nom sur la plaque bleue restée par miracle intact sur son mur écroulé, j’ai pensé à l’Harancourt qui nous a fait visiter le musée de Cluny. Tu t’en souviens, cet été dernier. Comme c’était chic ce temps-là, et quel plaisir j’avais d’aller ainsi avec toi à travers Paris. Ma chère petite Dédée, j’ai de toi un très tendre souvenir. Le souvenir de tes caresses et de tes baisers. Je reçois cette lettre écrite dans ton lit à Nice. Ma chère petite Dédée, je pense à toi, je te revois dans tous tes gestes. Je t’aime. Pense à moi comme je pense à toi en attendant le temps où nous serons tout à fait l’un à l’autre.

Je t’aime, je t’embrasse, je te serre bien fort ma chère petite Dédée.

AW

1 : Enveloppe adressée à Andrée Cahen-Berr au Grand Palais à Nice, portant un cachet de la poste daté du 20 septembre 1914.
2 : Cette carte n’a pas été retrouvée.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

18 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Émile Berr

18 sept.

Mon cher oncle1,

Cette lettre va être plus mal écrite encore que d’habitude parce que j’ai la main bandée. J’ai un panaris heureusement presque guéri. Tout va très bien, j’ai eu beaucoup de chance. Nous sommes à présent au repos après 3 semaines terribles, loin de tout, privés des choses les plus élémentaires sans quitter les tranchées et le champ de bataille. Je n’ai pas eu la moindre égratignure. Ma compagnie de 250 hommes a été réduite en un jour à 85. J’ai eu à traverser une centaine de mètres sous une grêle de balles et d’obus. Ce sont des minutes qu’on n’oublie pas. Les tranchées où nous étions avaient été [x]. Nous avons été entourés d’Allemands chargeant à la baïonnette. C’était le jour où Guillaume II était là, près de Nancy. On s’est défendus comme on a pu. Je suis sorti de cette aventure par miracle, avec les rares survivants de ma section.

À présent je suis brancardier. J’ai un beau brassard de la Croix-Rouge et je marche avec l’ambulance. Je m’occupe de blessés. J’identifie les morts. De cette façon, j’aurai vu la guerre sous des aspects très divers. Je me porte très bien, c’est une chose indispensable.

Andrée est sans doute bien arrivée à Nice. Quel bonheur j’aurai de la revoir.

Enfin, j’espère que cette guerre va bientôt finir et que nous nous retrouverons tous en bonne santé. Je me réjouis beaucoup.

Bien affectueusement.

André Warnod

269e de ligne, 19e compagnie, 70e division

1 : Cette lettre est adressée à Émile Berr, l’oncle d’Andrée Cahen-Berr.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

17 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

17 septembre 19141

Ma chère petite Dedée,

Beaucoup de calme après ces jours effroyables. Les Allemands battent en retraite. Nous nous reformons dans une ferme. Nous ne manquons de rien. On a tout à profusion. Des voitures vont à Nancy et ramènent tout ce qu’on veut, du linge, des habits.

Je pense qu’un grand pas est fait, et d’ailleurs à présent que je suis brancardier, que je ne marche plus qu’avec l’ambulance, j’ai encore moins de chance de recevoir quelque mauvais coup. Mais ne le disons pas trop vite.

Mon doigt est guéri ou à peu près… Mes nouvelles occupations m’occupent très peu en ce moment. Si ce n’est les funèbres besognes indispensables après de telles batailles. Il faut envoyer aux familles les souvenirs des morts et accomplir dans ce même ordre d’idée des choses dont il vaut mieux ne pas garder le souvenir. C’est une chose terrible qu’un champ de bataille. A présent tout s’arrange un peu. De belles croix marquent la place où sont restés tant de pauvres gens. Arranger tout cela a été effroyable, c’est une vision qu’on n’oublie pas.

Et toi ma chère petite Dedée, que deviens-tu ? Écris-moi, les lettres ne nous parviennent plus depuis plus de 8 jours mais cela reviendra comme aussi l’heureux temps où nous nous reverrons ma chère petite Dedée.

II

On se remet tout doucement. Mon pauvre ami du Matin est mort. J’ai retrouvé son corps dans cette tranchée tragique. On l’a enterré là avec beaucoup d’autres, c’est navrant.

Heureusement une joie est venue conjurer cette tristesse, parmi les nouveaux soldats qu’on nous a envoyés pour remplacer les disparus, j’ai vu arriver Pierre Mac Orlan. Tu penses si j’en ai été content. Un nouveau lieutenant aussi qui est presque un ami, c’est le cousin de Pierre Lecomte du Noüy2, il allait aussi aux Mortigny3.

Espérons que tout cela sera bientôt fini. Vivement que ce temps arrive ma chère petite Dedée. Je t’embrasse de tout mon cœur et je t’aime tout plein.

AW

Mes affections à ta mère.

Comme adresse ne plus mettre par Troyes : 269e Régiment, 19e Cie, 70e division.

1 : Enveloppe portant l’adresse suivante : Mademoiselle Andrée Cahen-Berr, chez Monsieur Goldstadt au Grand Paris, avenue de la Gare, Nice, Alpes Maritimes. Cette lettre est plus soignée que les précédentes : l’écriture d’André Warnod est plus lisible et vient confirmer qu’il se trouve momentanément à l’abri. La graphie des lettres est de ce point de vue très instructive pour saisir les conditions matérielles et psychologiques dans lesquelles l’auteur se trouve.

2 : Pierre Lecomte du Noüy (1883-1947), homme de lettres et de sciences.

3 : Il s’agit du Cercle des Mortigny, fondé en 1908 par Dimitri d’Osnobichine (1869-1956), peintre et officier russe, attaché militaire russe à Paris pendant la Première Guerre mondiale ayant contribué à la formation des Ambulances russes en 1915. Le Cercle des Mortigny regroupe des artistes et intellectuels parisiens.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[11-12 septembre 1914]*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère petite Andrée,

Je ne t’ai pas écrit ces jours derniers parce que j’avais les idées trop au noir. Le cafard ! Il pleut à torrent. On a peine à se remettre de cette horrible journée où nous avons perdu tant de camarades. Mon ami du Matin que je croyais sauvé n’est pas revenu, et n’a sans doute pas pu sortir de la tranchée, il a été fait prisonnier s’il n’a pas été tué à coup de baïonnette par les Prussiens. Tout est trempé et par comble j’avais attrapé un panaris, en montant la garde sur un talus glissant sur la terre mouillée, j’étais tombé juste sur cette malheureuse main. Ce matin cela va mieux. Un major m’a ouvert le doigt. Il pleut moins.

Je n’ai rien reçu depuis quelques temps. L’autre jour le sergent qui avait les lettres a été tué, et hier les voitures ont été accrochées par une telle volée de mitraille qu’on a pas pu les décharger mais ce n’est pas perdu.

Samedi – dernière minute – je suis nommé brancardier. J’ai un brassard de la Croix-Rouge. J’en suis content parce que c’est une chose nouvelle et peut-être intéressante.

Je t’embrasse. Je t’aime.

AW

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

8 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

8 [septembre1]

Ma chère petite Dedée

Je viens de l’échapper belle. Je suis un des rares survivants de la pauvre 19e escouade [sic] à laquelle la journée d’hier a été fatale. Dans la nuit on nous avait envoyé remplacer un bataillon de chasseurs à pieds qui tenait depuis 3 jours à 500 mètres de l’ennemi. Nous sommes restés toute la journée dans des tranchées fortifiées sous une pluie d’obus qui tombaient en grêle avec un fracas épouvantable. Vers 3 heures de l’après-midi une de ces tranchées s’effondra enterrant la section qui l’occupait. C’est alors que les Prussiens sortirent de leurs retranchements. Les balles nous sifflaient aux oreilles, on les voyait venir sur une route ; on les descendait le mieux qu’on pouvait. À côté de moi un petit sergent reçut une balle dans la tête, je m’arrêtai de tirer pour lui bander sa blessure. Un obus traversa le toit de notre tranchée. Tout allait cependant pour le mieux et déjà devant nous les ennemis commençaient à reculer quand tout à coup, un soldat plein de sang vint nous avertir qu’une tranchée était prise, que notre ligne était débordée et que les Prussiens arrivaient par derrière.

Ils arrivaient sur notre droite, baïonnette au canon. On donna l’ordre de sortir de cette tranchée qui était une sorte de fossé très profond et où nous ne pouvions bouger. Ce fut une chose atroce. La moitié de la 19e Cie y resta. Il y avait 200 mètres à faire sous une véritable rafale de mitraille, les balles sifflaient, les obus éclataient sous nos pieds, à chaque pas quelqu’un tombait.

Par miracle, je n’ai pas eu la moindre égratignure. Quand la nuit tomba, on se rassembla. Le lieutenant était mort, il n’y avait plus de sergent, un seul caporal, on était partis 250, on revenait 75. Un de mes camarades avait reçu à côté de moi une balle dans le bras et un éclat d’obus au genou. Je l’ai aidé à aller jusqu’à l’ambulance dans un village. Il n’y avait pas assez d’infirmier, j’ai aidé à le soigner. C’est un pauvre type qui était fiancé et qui devait justement se marier ce jour-là. C’est la 1ère fois que j’ai eu une si réelle idée de la guerre.

Nous sommes aujourd’hui dans un malheureux village bombardé et incendié. Les derniers habitants s’en vont. Les chasseurs à pieds arrachent les portes et les volets pour construire des retranchements. On s’aperçoit de la mauvaise foi des paysans qui ne voulaient rien nous vendre disant qu’ils n’avaient plus rien alors qu’au contraire leur cave est pleine de vin, de saucisse, d’un tas de choses qu’ils ont dû abandonner. On ne saurait en vouloir aux malheureux soldats affamés qui se partagent ces provisions, encore que des patrouilles sont chargées d’arrêter les pillards. Et toujours ce canon qui tonne, ces obus qui éclatent, ces maisons qui brûlent. Tout cela finit par détraquer les nerfs.

Enfin, je suis sain et sauf, je crois que dans quelques jours on nous donnera un peu de repos. Et puis le principal c’est que cette guerre soit finie, que je te retrouve, qu’on soit bien heureux et bien tranquilles.

J’ai reçu ton télégramme, j’espère que tu as fais bon voyage. Écris-moi de ce Midi. Je t’aime mon cher petit plus que tout. Ne t’inquiète pas. Aie bien confiance. Je ne me [frappe] pas du tout. C’est une question de chance et je suis sûr que le sort nous sera favorable. Tes lettres me sont un grand réconfort, dans les moments de trop grand désespoir me rappellent que la vie recommencera quand ces horreurs seront finies.

Je t’embrasse, je t’aime.

A WD

Excuse cette motte de terre qui vient s’écraser sur ma lettre2 et à bientôt.

Embrasse ta mère pour moi.

1 : C’est la date du 8 août qui est inscrite sur ce courrier mais elle ne peut être qu’erronée puisque André Warnod n’a encore participé à aucune bataille le 8 août alors que début septembre, son régiment participe à deux batailles dans la région de Gellenoncourt (Meurthe et Moselle). Le JMO du 269e RI évoque l’épreuve du feu du 1er septembre puis une offensive allemande le 7 septembre au cours de laquelle les 17e, 18e et 19e compagnies sont « soumises à un violent bombardement qui démolit en partie les tranchées. » Le bilan des affrontements est lourd pour la 19e compagnie à laquelle appartient Warnod : « 1 officier tué ; tués, blessés ou disparus : 122 ». C’est de cette dernière bataille qu’il est question dans cette lettre.

2 : Un trait relie cette phrase à une tâche brune sur le bord de la feuille.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.