8 septembre 1914*

Carte de correspondance militaire d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

8 septembre. Le Grand Palais1

Mon petit chéri.

Je viens de t’écrire une grande lettre2. Je t’aime. Je pense à toi tout le temps. Ici tout va bien et nous attendons la fin de ces terribles événements et le retour de mon chéri pour rentrer à Paris.

Je t’embrasse mon petit chéri je t’aime.

Ta Dédée

1 : De septembre à la mi-octobre 1914, Andrée séjourne avec sa mère au Grand-Palais à Nice. Les lettres qu’elle adresse à André entre le 1er août et le 8 septembre n’ont pas été retrouvées.
2 : Celle-ci pas plus que les autres.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[1er août 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Le Grand Hôtel, St-Gervais-Les-Bains1

Samedi

Mon chéri, J’ai reçu ta dépêche hier à 7 heures qui m’a un peu calmée. Mais les nouvelles de ce matin sont plus terribles. Le courrier de midi où j’espérais une lettre de toi n’est pas arrivé. On prétend que les trains n’arrivent plus jusqu’à Paris. Recevras-tu même cette lettre. Mère commence les malles et nous recevons une dépêche de Papou nous disant de ne pas bouger. Nous ne sommes [même] plus dix dans l’hôtel. On nous dit que ce n’est pas prudent de rentrer à Paris. Alors nous avions envie d’aller jusqu’à Dijon qui est à 4 heures de Paris, et de là nous pouvions gagner Chartres où sont les [Morhange] et de là à Versailles nous voudrions arriver à Ville d’Avray mais c’est bien compliqué et si la mobilisation a lieu nous ne pourrons plus bouger. C’est horrible.

J’ai l’espoir que Pierre et Lucette sont rentrés à Paris, et qu’ils sont près de toi. Je souffre tant mon chéri d’être si loin de toi de te savoir tout seul, ta maman est-elle revenue ? Mon petit, je savais que je t’aimais mais pas encore autant que cela ne l’est véritablement. Les journées que je passe sont horribles. Il y avait si peu de temps que j’étais heureuse. J’espérais que ça continuerait toujours. Si seulement je pouvais te revoir avant que tu ne partes c’est mon idée fixe. Ce qui nous fait hésiter aussi c’est la peur d’être dans un train bloqué et qui s’arrête en route. Et il n’y a que huit jours nous étions si heureux tous les deux. Si les lettres n’arrivent plus envoie-moi des dépêches. Et si nous revenons aussi je te préviendrai.

Mon amour chéri. Je te quitte quand je pleurerai encore dans cette lettre, cela te ferait de la peine et voilà tout.

Dis-toi que jamais je n’ai été aussi malheureuse et c’est uniquement d’être loin de toi. Mon petit je t’embrasse j’embrasse cette lettre qui ira peut-être jusqu’à toi.

Je t’aime.

Ton Andrée

1 : Papier à en-tête de l’hôtel.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[31 juillet 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Le Grand Hôtel, St-Gervais-Les-Bains1

Vendredi

Mon petit, je reçois ta lettre à l’instant, je suis complètement folle. Nous ne savons plus que faire, tout l’hôtel se vide, je sens que si je reste ici je vais tomber malade, et d’un autre côté revenir à Paris, si tout s’arrange ce serait fou. Si cela ne dépendait que de moi, je serais depuis déjà trois jours près de toi, car te savoir tout seul dans ce Paris, et n’être pas là c’est trop affreux. Mon pauvre chéri, nous étions trop heureux cela ne pouvait pas durer. C’était si bon de se sentir l’un près de l’autre.

Être séparé pour une raison aussi stupide. Hier la journée a été affreuse ici, mais j’ai eu un moment de joie en voyant arriver Pierre et Lucette2. Ils ont dîné avec nous et couché dans notre hôtel, ils sont allés aujourd’hui à Chamonix et doivent venir nous dire au revoir avant de partir à Genève. J’étais si contente de voir Pierre il me semblait que c’était une petite partie de toi. Je les ai envié d’être tous les deux. Mon amour chéri je suis trop malheureuse d’être sans toi, surtout ne te fatigue pas trop, et si tu pars tu peux te dire que je t’adore que je souffre trop d’être loin de toi, et que je suis toute à toi.

Mon chéri je te quitte.

Je t’embrasse, je t’aime

Ton Andrée

J’ai bien reçu toutes tes lettres. Continue.

1 : Papier à en-tête de l’hôtel.
2 : Pierre est l’un des deux frères d’André Warnod ; Lucette est l’épouse de Pierre.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[30 juillet 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Le Grand-Hôtel, Saint-Gervais-Les-Bains1

Jeudi

Mon petit à moi ! Enfin ce matin j’ai une lettre de toi ! La vie est un peu moins laide, les nouvelles de Paris sont meilleures. Il fait froid mais il ne pleut pas et puis enfin je trouve en me réveillant ta petite écriture ! Ça va un peu mieux. Hier la journée a encore été tragique. 70 personnes sont parties affolées d’une heure à l’autre. Tu vois si c’était remontant ! Je suis sûre qu’à Paris on était beaucoup plus calme. Ici c’était la panique générale. Même Maurice Leblanc, (tu le connais peut-être, c’est celui d’Arsène Lupin) qui nous avait dit qu’il attendrait le dernier moment faisait ses malles ! Nous ne savions vraiment plus que faire ! 

C’est à ce moment qu’une grande joie m’est arrivée. J’ai vu se dresser devant moi devine qui ? Marcelle Léon. Tu sais l’horreur qui va aux Annales, que personne n’aime et qui a une figure dont la bouche fiche le camp en arrière. Mais hier je l’ai trouvée jolie. C’était quelqu’un que je connaissais ! Elle avait des nouvelles de Paris meilleures, à partir de 5 heures on commença à respirer un peu plus. Les journées sont longues mon amour chéri avec ça un froid de canard, j’en profite pour mettre toutes les robes que tu n’aimes pas ! Je dégoûterai tout l’hôtel mais je garderai bien frais tout ce qu’aime mon petit. Quand nous partirons tous les deux ! J’y pense souvent. Toute la journée même je te jure mon petit chéri que je ferai tout pour que tu sois heureux, et que tu ne sauras plus jamais ce que le mot spleen veut dire ! Et moi je suis certaine que je serai très heureuse avec toi, je ne te demanderai qu’une chose, c’est de m’aimer toujours toujours ! Et de ne jamais rentrer dîner à deux heures du matin !!! Voilà tout.

Je pense qu’il y a huit jours nous prenions un Dubonnet2 à l’eau dans le petit café de Montmartre ce que je donnerais pour y être.

Mère essaye d’appuyer sur certaines syllabes et de glisser le mot sournoisement dans chacune de ses phrases pour me donner l’illusion que tu es là mais… en vain.

Mon amour chéri il faut que je te quitte, car je suis encore dans mon lit et il va être onze heures ! Surtout écris-moi tous les jours, c’est mon seul remontant. Et tes lettres me feront plus de bien que tout l’air que je pourrai respirer.

Ta petite femme t’embrasse follement, elle t’adore.

Ton Andrée

Quand tu auras un article dans Comœdia envoie-le moi, on ne le reçoit pas ici. Donne-moi l’adresse de ta mère.

Pense que c’est bientôt le 1er août pour le [grés] de notre maison. Si tu commandes les petits fauteuils, tu devrais leur recommander de faire l’acajou très foncé presque noir. Il me semble que ça serait plus joli, ça irait mieux avec le piano. Notre maison, que je voudrais y être !

1 : Papier à en-tête de l’hôtel.
2 : Boisson apéritive conçue en 1846 par un chimiste et destinée originellement à servir de remède contre le paludisme.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[29 juillet 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Mercredi

St-Gervais, Grand Hôtel

Mon chéri

Nous sommes complètement affolées des nouvelles de Paris, et nous ne savons plus que faire. Faut-il rester ici, ou nous en aller de suite1 ? Nous avons déjà télégraphié à Papou pour lui demander un conseil. La plupart des gens qui sont ici s’en vont. Nous avons rencontré Maurice Leblanc2 et sa femme qui prétendent qu’en cas de mobilisation nous sommes absolument bloquées ici pour un mois au moins. Nous voulons à tout prix nous en aller avant.

Tu ne peux pas t’imaginer ce que cette journée d’hier a été épouvantable.

Après avoir trouvé un bon hôtel, défait nos malles, nous pensions enfin nous reposer.

Nous trouvons un pays mort, des gens la figure à l’envers, des groupes causant à voix basse ; d’autres postés devant le téléphone qui donnait des nouvelles de plus en plus mauvaises – avec ça la pluie, un froid noir – et le départ d’un pauvre petit soldat, le fils du patron de l’hôtel qui était venu en permission. Quand ce pauvre gosse est parti ça été le coup final, je me suis précipitée dans la rue et j’ai pleuré comme un bébé de deux ans !!! Tu vois dans quelle atmosphère nous vivons, moi qui avais si peur de m’en aller loin, tu te rends compte de mon état d’âme. Mère a tout de même commencé son traitement ce matin. Je suis donc seule et je t’écris de mon lit. Je n’ai pas encore un mot de toi, ce qui m’étonne un peu.

Mon chéri, je ne vis plus en pensant à toi, s’il fallait que tu partes, je deviendrais enragée – et ce qu’il y a de terrible c’est de se sentir si éloignée de toi. Je t’en prie écris-moi à moins que nous ne revenions. J’ai encore un peu d’espoir que ça va s’arranger. Je t’embrasse mon amour chéri.

Ton Andrée qui t’aime

1 : Andrée Cahen-Berr se trouve à Saint-Gervais-les-Bains en Haute Savoie où elle accompagne sa mère venue y faire une cure.
2 : Il s’agit de l’écrivain français Maurice Leblanc (1864-1941), créateur du personnage d’Arsène Lupin.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.