18 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Émile Berr

18 sept.

Mon cher oncle1,

Cette lettre va être plus mal écrite encore que d’habitude parce que j’ai la main bandée. J’ai un panaris heureusement presque guéri. Tout va très bien, j’ai eu beaucoup de chance. Nous sommes à présent au repos après 3 semaines terribles, loin de tout, privés des choses les plus élémentaires sans quitter les tranchées et le champ de bataille. Je n’ai pas eu la moindre égratignure. Ma compagnie de 250 hommes a été réduite en un jour à 85. J’ai eu à traverser une centaine de mètres sous une grêle de balles et d’obus. Ce sont des minutes qu’on n’oublie pas. Les tranchées où nous étions avaient été [x]. Nous avons été entourés d’Allemands chargeant à la baïonnette. C’était le jour où Guillaume II était là, près de Nancy. On s’est défendus comme on a pu. Je suis sorti de cette aventure par miracle, avec les rares survivants de ma section.

À présent je suis brancardier. J’ai un beau brassard de la Croix-Rouge et je marche avec l’ambulance. Je m’occupe de blessés. J’identifie les morts. De cette façon, j’aurai vu la guerre sous des aspects très divers. Je me porte très bien, c’est une chose indispensable.

Andrée est sans doute bien arrivée à Nice. Quel bonheur j’aurai de la revoir.

Enfin, j’espère que cette guerre va bientôt finir et que nous nous retrouverons tous en bonne santé. Je me réjouis beaucoup.

Bien affectueusement.

André Warnod

269e de ligne, 19e compagnie, 70e division

1 : Cette lettre est adressée à Émile Berr, l’oncle d’Andrée Cahen-Berr.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

15 septembre 1914*

Lettre d’Alex Salomons et Cécile Cahen-Berr à André Warnod

Mardi, le 15 septembre

Mon bon petit

Nous recevons ce matin vos deux lettres du 5 et du 8 avec la description de la terrible bataille à laquelle vous avez pris part, remercions Dieu que vous en soyez sorti indemne.

J’espère que maintenant pour vous le plus dur est fait et les nouvelles continuent à être tous les jours meilleures. Cette affreuse guerre ne durera plus très longtemps.

Je vois que vous avez appris l’arrivée des Allemands jusqu’à Compiègne mais ils n’ont pu aller plus loin et ont depuis été rejetés à plus de 11 kilomètres. Les Russes de leur côté avancent merveilleusement. On dit même qu’ils ont envoyé des troupes ici, les Anglais sont admirables donc tout est pour nous faire espérer un prompt anéantissement de ces crapules.

Nous avons eu ce matin de bonnes nouvelles de votre chère maman qui ce matin-même en avait reçu de vous.

Notre chère petite Dedée va bien, nous la soignons et l’engraissons de notre mieux pour vous remettre une fraîche et jolie petite gosse à votre prochain retour. D’ailleurs le climat d’ici lui fera beaucoup de bien car nous jouissons d’un temps radieux.

Mon bon petit, je vous embrasse de tout cœur en vous souhaitant bonne chance et bonne santé.

Votre frère Alex Salomons

Mon petit chéri

Nous sommes si ravis de voir que tu es sorti indemne de cette mêlée que je ne puis attendre pour te dire la joie que nous a donné tes 2 lettres !!

Que dieu te protège et que tu nous reviennes bientôt, victorieux, sain et sauf… c’est le vœu que je fais en t’embrassant de tout mon cœur.

Ta petite [mère] [C.] Cahen-Berr1

Je t’écrirai bientôt plus longuement.

1 :Un doute subsiste sur l’identité de la personne qui écrit ces lignes mais il pourrait bien s’agir de Cécile Cahen-Berr qui est la mère d’Andrée (l’initiale du prénom reste assez lisible et conforte cette attribution). Les termes employés sont certes très affectueux, ce qui entretient le doute, mais la graphie et certaines formulations ne ressemblent pas au style d’Andrée. Elle aurait de plus probablement signé “Dedée” si elle avait été l’auteure de ces lignes.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.