14 août 2014*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Écris-moi

Ma chère p’tite Andrée1

Voici mon adresse plus précise, je ne reçois aucune de tes lettres. A. Warnod, 269e régiment d’infanterie, 19e compagnie par Troyes. De Troyes on le fera parvenir plus aisément.

Je t’embrasse mon petit. Je pense à toi. Écris-moi.

AW

1 : Lettre-enveloppe adressée à Mme Andrée Cahen-Berr chez Mme Salomons, 5 rue de Chantilly, Paris. Elle porte deux cachets de la poste, l’un daté du 14 août, l’autre du 18.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

6 août 1914*

Carte postale qu’André Warnod adresse à Andrée Cahen-Berr le 6 août 1914.

Carte postale d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère petite Andrée1

Tout va le mieux possible. J’ai retrouvé quelques bons amis, je me porte bien. Je pense beaucoup à toi encore que je m’efforce de n’y pas trop penser parce qu’alors, alors je serais trop malheureux. Je t’embrasse. Écris-moi.

André Warnod

269e de ligne
26e corps d’armée
Armée de l’Est

Cette adresse suffit

Je ne peux pas t’écrire plus longuement.

1 : La carte postale présente plusieurs cachets de la poste ; celui qui apparaît deux fois au recto est celui d’arrivée. Sur le verso figure le cachet d’envoi daté du 6 août 1914.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

4 août 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Mardi 8h1/2

Ma chère Andrée

Me voici à Bar-le-Duc. Tout va bien. Le voyage n’a pas été trop dur. Nous arrivons à Toul sans doute dans une heure ou deux. Je pense beaucoup à toi.

Je t’aime tout plein.

Je t’embrasse.

André Warnod

[269e] régiment d’infanterie
19e compagnie
Toul

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

1er août 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère petite Andrée1

On y est. Je pars lundi pour Toul. Je suis au 269e d’infanterie à Toul. Ce sera à partir de lundi mon adresse la plus approximative mais qui sait si les lettres me parviendront.

Je t’aime mon cher petit, je pense à toi de toute mon âme, j’y penserai toujours pendant tout le temps. Je sais que tu es à moi, je sais que tu es ma femme. Je te remercie de me l’avoir fait sentir. Je t’aime et je t’embrasse.

André Warnod

Toute mon affection à ta mère

À bientôt j’espère

1 : Cette lettre date du samedi 1er août 1914 comme en atteste le cachet de la poste.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[1er août 1914]*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Le Grand Hôtel, St-Gervais-Les-Bains1

Samedi

Mon chéri, J’ai reçu ta dépêche hier à 7 heures qui m’a un peu calmée. Mais les nouvelles de ce matin sont plus terribles. Le courrier de midi où j’espérais une lettre de toi n’est pas arrivé. On prétend que les trains n’arrivent plus jusqu’à Paris. Recevras-tu même cette lettre. Mère commence les malles et nous recevons une dépêche de Papou nous disant de ne pas bouger. Nous ne sommes [même] plus dix dans l’hôtel. On nous dit que ce n’est pas prudent de rentrer à Paris. Alors nous avions envie d’aller jusqu’à Dijon qui est à 4 heures de Paris, et de là nous pouvions gagner Chartres où sont les [Morhange] et de là à Versailles nous voudrions arriver à Ville d’Avray mais c’est bien compliqué et si la mobilisation a lieu nous ne pourrons plus bouger. C’est horrible.

J’ai l’espoir que Pierre et Lucette sont rentrés à Paris, et qu’ils sont près de toi. Je souffre tant mon chéri d’être si loin de toi de te savoir tout seul, ta maman est-elle revenue ? Mon petit, je savais que je t’aimais mais pas encore autant que cela ne l’est véritablement. Les journées que je passe sont horribles. Il y avait si peu de temps que j’étais heureuse. J’espérais que ça continuerait toujours. Si seulement je pouvais te revoir avant que tu ne partes c’est mon idée fixe. Ce qui nous fait hésiter aussi c’est la peur d’être dans un train bloqué et qui s’arrête en route. Et il n’y a que huit jours nous étions si heureux tous les deux. Si les lettres n’arrivent plus envoie-moi des dépêches. Et si nous revenons aussi je te préviendrai.

Mon amour chéri. Je te quitte quand je pleurerai encore dans cette lettre, cela te ferait de la peine et voilà tout.

Dis-toi que jamais je n’ai été aussi malheureuse et c’est uniquement d’être loin de toi. Mon petit je t’embrasse j’embrasse cette lettre qui ira peut-être jusqu’à toi.

Je t’aime.

Ton Andrée

1 : Papier à en-tête de l’hôtel.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.