19 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Samedi 191

Ma chère petite Dédée,

J’ai reçu hier soir tous ces paquets. J’en suis enchanté, tout cela me rend de grands services. Je n’avais plus rien. J’ai aussi reçu ta carte du 22. Tu vois le temps qu’il faut !

Reçois-tu mes lettres ? Comment es-tu à Nice ? Quel plaisir j’aurai à te revoir.

Nous voilà repartis. Nous sommes dans un village qui a été occupé pendant 3 semaines par les Bavarois. Il pleut, il fait froid. Heureusement que je suis à l’ambulance. Aussi au chaud que possible avec les quelques malades. Je ne pensais guère en partant finir la guerre brancardier. Tout arrive. Maintenant que j’ai été au feu tant de jours, je trouve très agréable ce nouvel état relativement très calme. Son premier avantage est de donner une grande liberté. Je peux aller et venir à ma guise et j’arrive aussi à manger très confortablement chez les paysans. C’est terrible ce qu’on arrive à manger : de grands bols de chocolat au lait, des poulets, des lapins, des pommes de terre en plus de ce qu’on mange à la compagnie. On se rattrape, et la nuit je dors bien tranquille sans plus jamais avoir à monter la garde. C’est heureux car il pleut à verse avec un vent affreux.

Le matin a lieu la visite des malades. Le mauvais temps a beaucoup accru leur nombre et malheureusement il est bien difficile de les soigner quand on est logé si inconfortablement. On passe la visite dans une grande chambre d’une maison. Comme meuble, il ne reste plus qu’un buffet Henri V. On a mis de la paille dans un coin pour remplacer les matelas que les Prussiens ont emportés. Les malades défilent et montrent leurs pauvres figures de gens souffrant et surtout démoralisés. D’être malades les décourage et ce découragement s’ajoute à leur mal. Ils sont surtout très fatigués. Cet épuisement doit être général, aussi bien chez nous que chez les Allemands. C’est ce qui fait espérer une fin prochaine de la guerre.

Nous avons pour venir ici traversé des pays dévastés, les arbres coupés, les maisons piétinées et de temps en temps des cadavres de soldats et de chevaux. Il y a des villages où toutes les maisons sont en ruines, brûlées et démolies par les obus. Un de ces villages s’appelle Harancourt et en lisant ce nom sur la plaque bleue restée par miracle intact sur son mur écroulé, j’ai pensé à l’Harancourt qui nous a fait visiter le musée de Cluny. Tu t’en souviens, cet été dernier. Comme c’était chic ce temps-là, et quel plaisir j’avais d’aller ainsi avec toi à travers Paris. Ma chère petite Dédée, j’ai de toi un très tendre souvenir. Le souvenir de tes caresses et de tes baisers. Je reçois cette lettre écrite dans ton lit à Nice. Ma chère petite Dédée, je pense à toi, je te revois dans tous tes gestes. Je t’aime. Pense à moi comme je pense à toi en attendant le temps où nous serons tout à fait l’un à l’autre.

Je t’aime, je t’embrasse, je te serre bien fort ma chère petite Dédée.

AW

1 : Enveloppe adressée à Andrée Cahen-Berr au Grand Palais à Nice, portant un cachet de la poste daté du 20 septembre 1914.
2 : Cette carte n’a pas été retrouvée.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

18 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Vendredi 18 septembre. Le grand Palais, Nice

Mon petit chéri. Comme je pense à toi, et comme je t’aime. J’ai un peu espéré avoir un mot de toi ce matin, ce sera peut-être pour demain. 

J’ai été hier faire une grande visite à ton adjudant Laurent. Nous avons parlé de toi. Il a les jambes paralysées mais pour un moment seulement, il m’a raconté tout ce que tu me disais dans ta lettre. Comment il s’était retrouvé à moitié enterré dans la tranchée, un petit sergent est venu le dégager. Le voyage a été long mais pas trop fatiguant. Il a une belle chambre dans un des plus beaux hôtels de Nice à cinq minutes de chez nous, qu’il partage avec un jeune homme blessé le même jour mais pas de ton régiment. J’étais bien émue en le voyant, mais heureuse tout de même. Il m’a dit que tu étais si gentil et que vous causiez souvent le soir ensemble. J’ai dit « Ah oui Monsieur, il est gentil à qui le dites-vous! » Il m’a donné des détails sur votre vie. Nous nous sommes quittés très bons amis, je retournerai le voir et lui apporter du chocolat.

Il y a aussi un Marcel Lehmann du 269e qui est ici, il paraît que c’est un journaliste, est-ce que ce serait l’ami dont tu m’as parlé ? Dis-le moi, j’irai le voir. Ils sont tous très contents d’avoir des visites, car il y en a beaucoup qui ne peuvent faire venir leurs familles si loin. Il est bien entendu mon petit chéri, que tu aurais la moindre égratignure, tu me fais envoyer une dépêche et je viendrai le plus vite qu’il sera possible te rejoindre. Mais il ne faut pas parler de ça et espérer que tu vas continuer à bien aller.

Il y a une quantité de soldats blessés à la main, ils peuvent alors sortir et se baladent dans Nice toute la journée.

Alex part lundi pour Paris, il espère pouvoir rouvrir sa maison, et puis il s’ennuie tellement ici, et souffre de ne pas pouvoir se rendre plus utile. C’est touchant de voir l’amitié qu’il a pour toi. Le jour où ta lettre est arrivée à Nice, il a couru comme un fou me l’apporter, et était presque aussi ému que moi en la lisant. Il ferait n’importe quoi pour te rendre service. Ne te gène donc pas pour lui demander de t’envoyer ce dont tu aurais besoin.

As-tu encore un peu d’argent. Cela doit s’épuiser mon pauvre chéri depuis si longtemps que tu es parti. J’ai combiné ce matin toute notre petite vie dans notre maison quand tu reviendras. Tu verras ce sera épatant ce qu’on sera heureux. C’est vrai que tu ne pourras jamais assez l’être après tout ce qui tu auras enduré. Pourvu que j’arrive à te rendre aussi heureux que tu dois l’être. J’y mettrai tout mon amour, toute ma tendresse. Je te donne toute ma vie, je serai ta petite chose qui t’adorera. Tu feras de moi ce que tu voudras. Je t’aime tant. Mon cher petit, il me semble que depuis que nous sommes séparés on m’a enlevé un morceau de moi-même. Je ferais n’importe quoi pour te revoir. Enfin, les nouvelles sont toujours très bonnes, il faut bien espérer que cela finira bientôt. Revoir mon chéri aimé.

Je t’embrasse de tout mon cœur, je t’aime.

Ta Dedée

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

18 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Émile Berr

18 sept.

Mon cher oncle1,

Cette lettre va être plus mal écrite encore que d’habitude parce que j’ai la main bandée. J’ai un panaris heureusement presque guéri. Tout va très bien, j’ai eu beaucoup de chance. Nous sommes à présent au repos après 3 semaines terribles, loin de tout, privés des choses les plus élémentaires sans quitter les tranchées et le champ de bataille. Je n’ai pas eu la moindre égratignure. Ma compagnie de 250 hommes a été réduite en un jour à 85. J’ai eu à traverser une centaine de mètres sous une grêle de balles et d’obus. Ce sont des minutes qu’on n’oublie pas. Les tranchées où nous étions avaient été [x]. Nous avons été entourés d’Allemands chargeant à la baïonnette. C’était le jour où Guillaume II était là, près de Nancy. On s’est défendus comme on a pu. Je suis sorti de cette aventure par miracle, avec les rares survivants de ma section.

À présent je suis brancardier. J’ai un beau brassard de la Croix-Rouge et je marche avec l’ambulance. Je m’occupe de blessés. J’identifie les morts. De cette façon, j’aurai vu la guerre sous des aspects très divers. Je me porte très bien, c’est une chose indispensable.

Andrée est sans doute bien arrivée à Nice. Quel bonheur j’aurai de la revoir.

Enfin, j’espère que cette guerre va bientôt finir et que nous nous retrouverons tous en bonne santé. Je me réjouis beaucoup.

Bien affectueusement.

André Warnod

269e de ligne, 19e compagnie, 70e division

1 : Cette lettre est adressée à Émile Berr, l’oncle d’Andrée Cahen-Berr.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

17 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Jeudi 17 septembre

Le grand Palais, Nice

Mon amour chéri. J’ai reçu hier seulement ta lettre du 41 qui avait été à Paris puis elle a mis huit jours à venir de Paris à Nice. C’est celle où tu me demandes de t’envoyer plusieurs choses. Je suppose que tu as tout reçu depuis longtemps car j’avais bien reçu ta première lettre et t’avais fait envoyer le 1er septembre, jour de notre départ, ce que tu me demandes. Il se pourrait même que tu le reçoives en double car j’avais chargé Papou d’ouvrir tes lettres qui arrivaient à Paris, justement au cas où tu me demanderais quelque chose. Il a dû le faire et probablement te renvoyer un double. Tant mieux. Surtout mon pauvre chéri demande-moi bien tout ce dont tu as besoin, c’est ma seule joie de penser que ça te fera plaisir. Moi je n’ai que ça à faire, penser à mon chéri et quand je saurai qu’un paquet est bien arrivé, je t’enverrai souvent des cigarettes et du chocolat mon petit. Que je suis fière de toi quand je pense à tout ce que tu as fait et vu. Toute la nuit je te voyais ton sac sur la tête passant au milieu des balles. Il n’y a qu’une chose qui me fait sourire, c’est l’idée que tu as une barbe ! Mon Dieu que je t’aimerais même avec une barbe mon petit et pour embrasser cette barbe-là je donnerais tout au monde. Ici la vie calme continue, elle ne s’agite que vers six heures où on va voir les nouvelles qui sont toujours très bonnes.

Tu as l’air d’être privé de ne rien avoir à lire. Si tu as quelques jours de repos, comme tu me le dis, écris-moi ce que tu veux que je t’envoie, les journaux on ne te les donnera pas à ce qu’il paraît. Je vais toujours t’envoyer une page du Figaro mais ça sera si vieux quand elle arrivera.

Beaucoup de soldats du 269e arrivent ici. J’irai voir ce Laurent. Si tu avais des camarades ici auxquels tu tiennes, dis-le moi, j’irai les voir. C’est inouï ce hasard qui amène justement le 269e ici. J’aime tout de même mieux ne pas te voir mon amour, et que tu ailles bien et que tu ne souffres pas. Mais il aurait pu arriver cette chose fantastique, que tu viennes ici et que tu me voies. On me dit que les troupes qui se sont beaucoup battues, on les met [un peu] en arrière, est-ce vrai? Il y a de bonnes nouvelles de Charpentier qu’on renvoie déjà à son dépôt à Chartres. Il n’a presque rien eu, Alice va aller le rejoindre à Chartres. Jourdan n’a pas l’air de se battre du tout, il écrit des lettres bien tranquilles. Je ne sais plus rien des Brisson.

Tu me demandes après notre maison mon chéri, elle nous attend, mais je crois qu’elle en est restée au point où tu l’as laissée. Je n’ai pas eu le courage d’y monter sans toi, les papiers ne sont pas collés puisque les ouvriers sont partis mais si ça te fait plaisir que je m’en occupe, dis-le moi et aussitôt rentrée, je ferai le nécessaire.

Dis-moi aussi pour ta maison de la rue la Bruyère. Tout est arrêté tu le penses bien, les gens ne déménagent ni n’emménagent plus. Mais si tu le veux Alex qui va rentrer à Paris ces jours-ci pourra aller jeter un coup d’œil. Bien entendu j’attends ta réponse avant de lui dire d’y aller. J’ai un mot de ta maman. Hier soir elle venait de voir ton oncle Rodolphe. Je lui ai tout de suite écrit que j’avais de tes nouvelles. Je la préviens chaque fois que j’ai une lettre de toi car de son côté, elle doit moins souvent avoir de tes nouvelles. Mon André chéri, cette guerre va bientôt finir tu vas voir nous allons nous retrouver si heureux. Tu l’auras mérité mon petit aimé notre maison sera jolie. Tu auras du calme, du bon repos, de la tendresse autour de toi, autant de baisers de ta femme que tu aurais reçu de balles et d’obus. Mon petit que j’aime, je t’embrasse à la folie.

Je t’aime.

Ta Dedée

1 : Il peut s’agir d’une lettre non retrouvée, effectivement datée du 4, ou bien de la lettre du 3 septembre ou de celle du 5 septembre, bien que n’y figure aucune demande de colis. Dans ces deux courriers, André demande des nouvelles de leur future maison, ce à quoi Andrée répond dans cette lettre.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

17 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

17 septembre 19141

Ma chère petite Dedée,

Beaucoup de calme après ces jours effroyables. Les Allemands battent en retraite. Nous nous reformons dans une ferme. Nous ne manquons de rien. On a tout à profusion. Des voitures vont à Nancy et ramènent tout ce qu’on veut, du linge, des habits.

Je pense qu’un grand pas est fait, et d’ailleurs à présent que je suis brancardier, que je ne marche plus qu’avec l’ambulance, j’ai encore moins de chance de recevoir quelque mauvais coup. Mais ne le disons pas trop vite.

Mon doigt est guéri ou à peu près… Mes nouvelles occupations m’occupent très peu en ce moment. Si ce n’est les funèbres besognes indispensables après de telles batailles. Il faut envoyer aux familles les souvenirs des morts et accomplir dans ce même ordre d’idée des choses dont il vaut mieux ne pas garder le souvenir. C’est une chose terrible qu’un champ de bataille. A présent tout s’arrange un peu. De belles croix marquent la place où sont restés tant de pauvres gens. Arranger tout cela a été effroyable, c’est une vision qu’on n’oublie pas.

Et toi ma chère petite Dedée, que deviens-tu ? Écris-moi, les lettres ne nous parviennent plus depuis plus de 8 jours mais cela reviendra comme aussi l’heureux temps où nous nous reverrons ma chère petite Dedée.

II

On se remet tout doucement. Mon pauvre ami du Matin est mort. J’ai retrouvé son corps dans cette tranchée tragique. On l’a enterré là avec beaucoup d’autres, c’est navrant.

Heureusement une joie est venue conjurer cette tristesse, parmi les nouveaux soldats qu’on nous a envoyés pour remplacer les disparus, j’ai vu arriver Pierre Mac Orlan. Tu penses si j’en ai été content. Un nouveau lieutenant aussi qui est presque un ami, c’est le cousin de Pierre Lecomte du Noüy2, il allait aussi aux Mortigny3.

Espérons que tout cela sera bientôt fini. Vivement que ce temps arrive ma chère petite Dedée. Je t’embrasse de tout mon cœur et je t’aime tout plein.

AW

Mes affections à ta mère.

Comme adresse ne plus mettre par Troyes : 269e Régiment, 19e Cie, 70e division.

1 : Enveloppe portant l’adresse suivante : Mademoiselle Andrée Cahen-Berr, chez Monsieur Goldstadt au Grand Paris, avenue de la Gare, Nice, Alpes Maritimes. Cette lettre est plus soignée que les précédentes : l’écriture d’André Warnod est plus lisible et vient confirmer qu’il se trouve momentanément à l’abri. La graphie des lettres est de ce point de vue très instructive pour saisir les conditions matérielles et psychologiques dans lesquelles l’auteur se trouve.

2 : Pierre Lecomte du Noüy (1883-1947), homme de lettres et de sciences.

3 : Il s’agit du Cercle des Mortigny, fondé en 1908 par Dimitri d’Osnobichine (1869-1956), peintre et officier russe, attaché militaire russe à Paris pendant la Première Guerre mondiale ayant contribué à la formation des Ambulances russes en 1915. Le Cercle des Mortigny regroupe des artistes et intellectuels parisiens.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

16 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Mercredi 16 septembre. Le grand Palais. Nice

Mon petit chéri, je ne peux pas assez te dire ce que je bénis le ciel et ce que je te remercie de m’avoir écrit la lettre que j’ai reçue hier, et qui me disait que tu étais sain et sauf, sans elle il m’arrivait une chose atroce. Tu sais que j’avais écrit à un soldat blessé du 269ème lui demandant s’il te connaissait.

J’ai heureusement reçu sa réponse que ce matin, où il m’écrit très gentiment « qu’il est de la 19ème compagnie, qu’il connaît très bien Warnod mais comme la 19ème compagnie a été très fortement éprouvée, il ne peut me dire ce qu’il est devenu, sachant qu’il n’y a que 57 hommes sauvés sur toute la compagnie, il espère que Warnod est dans ceux-là ! »

Vraiment en lisant cette lettre malgré les nouvelles que j’avais de toi, j’en ai frémi et c’est une chose si heureuse que juste la 1ère lettre que je reçois à Nice est la tienne. Jamais je n’aurais pu m’imaginer que sur les 57 nous ayons ce bonheur, cette chance inouïe que tu en sois.

Ah mon amour, cela me fait encore plus espérer et me donne encore plus de courage. Nous allons bientôt nous revoir et nous serons si heureux. Ce soldat s’appelle Laurent François il est adjudant au 269ème et de la 19ème compagnie. Je vais aller le voir avec Alex, il me parlera de toi, et il peut maintenant me raconter les pires choses puisqu’il a été blessé le 7 septembre et que ta lettre est du 8. Mais je crois que je n’aurai plus jamais le courage d’écrire à un soldat pour demander de tes nouvelles car il peut y avoir des erreurs trop atroces. Pourvu mon chéri qu’on vous donne un peu de repos. Vous l’avez vraiment mérité. Quelques jours à Nice referaient de toi un soldat admirable.

Quatre mois aujourd’hui que nous sommes fiancés mon André chéri. Nous toucherions en ce moment presque au but, au jour où nous nous en irions tous les deux si tendrement unis. Tu vois nous ne croyions [pas] que ces quatre mois ne finiraient jamais, tout arrive mon petit aimé. Après ces horreurs que tu vois, une bonne petite vie calme et tranquille va recommencer et nous en jouirons tant.

Je t’envoie une photo que tante Louise a prise hier de moi dans le jardin, elle n’est pas très bien, je te l’envoie tout de même. Si tu la reçois le 24, tu l’auras tout contre ton cœur comme tu m’aurais eue ce jour-là. J’ai tes photos près de mon lit et dans mon sac, ce qui fait que tu ne me quittes ni le jour, ni la nuit. Mon petit que j’aime je te remercie de m’écrire quand tu es si fatigué. Si tu savais ce que c’est pour moi, tu en serais heureux. Chaque lettre c’est au moins quatre jours de grand courage, je les relis toute la journée, et j’embrasse ce papier que tu trouves crasseux, mais qui est si beau pour moi puisqu’il était sur toi.

Les nouvelles sont toujours très bonnes. J’espère que tu recevras celles que je t’ai envoyées à part ma [lettre] d’hier. Je te presse sur mon cœur, je t’aime tant mon petit, je t’embrasse, je t’aime.

Ta Dedée

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.