15 septembre 1914*

Lettre d’Alex Salomons et Cécile Cahen-Berr à André Warnod

Mardi, le 15 septembre

Mon bon petit

Nous recevons ce matin vos deux lettres du 5 et du 8 avec la description de la terrible bataille à laquelle vous avez pris part, remercions Dieu que vous en soyez sorti indemne.

J’espère que maintenant pour vous le plus dur est fait et les nouvelles continuent à être tous les jours meilleures. Cette affreuse guerre ne durera plus très longtemps.

Je vois que vous avez appris l’arrivée des Allemands jusqu’à Compiègne mais ils n’ont pu aller plus loin et ont depuis été rejetés à plus de 11 kilomètres. Les Russes de leur côté avancent merveilleusement. On dit même qu’ils ont envoyé des troupes ici, les Anglais sont admirables donc tout est pour nous faire espérer un prompt anéantissement de ces crapules.

Nous avons eu ce matin de bonnes nouvelles de votre chère maman qui ce matin-même en avait reçu de vous.

Notre chère petite Dedée va bien, nous la soignons et l’engraissons de notre mieux pour vous remettre une fraîche et jolie petite gosse à votre prochain retour. D’ailleurs le climat d’ici lui fera beaucoup de bien car nous jouissons d’un temps radieux.

Mon bon petit, je vous embrasse de tout cœur en vous souhaitant bonne chance et bonne santé.

Votre frère Alex Salomons

Mon petit chéri

Nous sommes si ravis de voir que tu es sorti indemne de cette mêlée que je ne puis attendre pour te dire la joie que nous a donné tes 2 lettres !!

Que dieu te protège et que tu nous reviennes bientôt, victorieux, sain et sauf… c’est le vœu que je fais en t’embrassant de tout mon cœur.

Ta petite [mère] [C.] Cahen-Berr1

Je t’écrirai bientôt plus longuement.

1 :Un doute subsiste sur l’identité de la personne qui écrit ces lignes mais il pourrait bien s’agir de Cécile Cahen-Berr qui est la mère d’Andrée (l’initiale du prénom reste assez lisible et conforte cette attribution). Les termes employés sont certes très affectueux, ce qui entretient le doute, mais la graphie et certaines formulations ne ressemblent pas au style d’Andrée. Elle aurait de plus probablement signé “Dedée” si elle avait été l’auteure de ces lignes.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

[11-12 septembre 1914]*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

Ma chère petite Andrée,

Je ne t’ai pas écrit ces jours derniers parce que j’avais les idées trop au noir. Le cafard ! Il pleut à torrent. On a peine à se remettre de cette horrible journée où nous avons perdu tant de camarades. Mon ami du Matin que je croyais sauvé n’est pas revenu, et n’a sans doute pas pu sortir de la tranchée, il a été fait prisonnier s’il n’a pas été tué à coup de baïonnette par les Prussiens. Tout est trempé et par comble j’avais attrapé un panaris, en montant la garde sur un talus glissant sur la terre mouillée, j’étais tombé juste sur cette malheureuse main. Ce matin cela va mieux. Un major m’a ouvert le doigt. Il pleut moins.

Je n’ai rien reçu depuis quelques temps. L’autre jour le sergent qui avait les lettres a été tué, et hier les voitures ont été accrochées par une telle volée de mitraille qu’on a pas pu les décharger mais ce n’est pas perdu.

Samedi – dernière minute – je suis nommé brancardier. J’ai un brassard de la Croix-Rouge. J’en suis content parce que c’est une chose nouvelle et peut-être intéressante.

Je t’embrasse. Je t’aime.

AW

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

11 septembre 2014*

Carte de correspondance militaire d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Vendredi 11 septembre. Le Grand Palais Nice

Mon chéri. Je t’ai écrit hier et aujourd’hui deux grandes lettres. Je te les confirme par cette carte. Ici tout va à peu près bien. Les nouvelles de Paris sont très bonnes. On peut avoir beaucoup de confiance. Mes journées se passent avec toi, je ne pense qu’à toi, aux souvenirs que nous avons ensemble, et à ce qui va survenir après toute cette horreur. Écris-moi mon André chéri, j’espère que tu vas bien. Je t’embrasse de toutes mes forces, je t’aime.

Ta dedée

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

10 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Jeudi 10 septembre. Le Grand Palais. Nice

Mon amour. Le courrier ce matin est arrivé avec cinq jours de retard, rien de toi naturellement, tes lettres écrites à Paris vont mettre un temps fou à venir jusqu’ici. J’espère que maintenant tu sais que je suis à Nice. Les nouvelles sont bonnes ce matin. Il faut avoir beaucoup d’espoir que cela aille plus vite, et qu’on se revoie vite, et qu’on se marie encore plus vite n’est-ce pas mon amour chéri.

J’ai un petit mot de Papou qui me dit t’avoir envoyé des cartes-lettres. J’espère que tu les auras reçues. Je te mets aussi du papier dans chaque lettre.

Mon petit, mon chéri, j’espère que tu n’es pas trop fatigué et que vous ne vous battez pas trop où vous êtes.

Ici les nouvelles viennent assez vite, mais sont brèves. Il fait beau, si tu savais ce que cela me dégoûte le ciel bleu sans toi, j’en suis écœurée. J’ai rêvé encore toute la nuit de toi, on était heureux follement comme on le sera bientôt, tu verras. Et puis il faudra revenir ici tous les deux, il y a tant de coins où tu pourrais faire des croquis, dans le vieux Nice, et puis le soir on irait au bord de la mer et là bien serrés tous deux on rattraperait ce temps où on a été si atrocement séparés. Et puis tu verras tous les bons petits plats que je te ferai faire ! Quel beau temps nous aurons alors. Encore quelques semaines de patience, de courage et ce sera fini j’espère.

Nous avons encore vu des hôtels admirables pour les blessés hier, comme ils doivent être heureux dans un lit. Mon pauvre petit chéri, tu seras bientôt dans le tien, j’en suis sûre. Tu sais celui qui a des jolies fleurs rouges, que je laisserai bien rouges et en face de ta chère commode ! Et d’un côté ta petite femme et de l’autre ta petite table en ébène [x] qui sera remplie de tout ce que tu aimeras. Seulement j’ai une peur terrible que tu trouves ta femme bien ennuyeuse car elle passera ses journées à t’embrasser.

Mon cher petit je te quitte, aie bon espoir. Je t’embrasse, je t’aime plus que tout au monde.

Ta Dedée

J’ai cueilli cette petite fleur pour toi, je l’ai embrassée comme je t’aurais embrassé.

Je mets mon adresse pour que tu aies ça de moins à écrire mon chéri1

1 : Mention rajoutée en haut de la lettre. Andrée envoie des enveloppes de réponse à André.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

9 septembre 1914*

Lettre d’Andrée Cahen-Berr à André Warnod

Mercredi 9 septembre. Le Grand Palais, Nice

Mon amour chéri

Ce matin le courrier de Paris n’est pas arrivé. Ce qui fait que je n’ai rien reçu de toi et cela me fait encore plus rager de penser que si je n’étais pas ici, j’aurais peut-être une lettre de mon chéri. Enfin j’espère que tu sauras bientôt que je suis à Nice et je crois que nous pourrons correspondre parfaitement puisque les communications ne seront coupées que près de Paris. Ce matin les nouvelles ont l’air meilleures. Les Russes avancent et la victoire est certaine, mais quand? Les nouvelles pour nous aussi sont assez vagues. Tout le monde est très optimiste et la plupart des gens espèrent que ce sera bientôt fini. On les embrasserait quand on entend dire cela.

La physionomie de Nice est très curieuse. Il y a des régiments en quantité. Beaucoup partent depuis quelques jours et quand je les vois partir le sac au dos, je pense à ton moulin à café1 mon tout petit et j’ai une toute petite larme en pensant à mon chéri. Les nouvelles sont affichées le matin et le soir aux journaux principaux d’ici. La foule se presse excitée. Tu ferais des croquis épatants mon amour car il y a de tout, des ouvriers, des duchesses, des soldats, beaucoup de hussards et de chasseurs alpins, tout le monde se parle et on se montre des casques prussiens que les nombreux blessés qui sont ici ont rapportés. Ils sont tous bien du reste, ils arrivent ici très fatigués et abrutis, mais au bout d’un ou deux jours de repos, ils sont très gais et se trouvent bien heureux. Je sais cela par le docteur de Giovanni, le beau-frère d’Hélène, médecin à l’hôpital militaire. Sa femme aussi est infirmière, la plupart des femmes sont d’un dévouement inouï, il est vrai que [ce] sont surtout celles qui n’ont personne [de] parti.

Je passe mes journées avec Hélène et Alice2, nous parlons de nos hommes ! Ce qui est pénible c’est d’être dans un beau pays, de voir des couchers de soleil, et d’avoir les deux bras libres et de penser qu’on pourrait avoir ce qu’on aime le plus au monde pendu à ce bras-là et pouvoir t’embrasser mon amour ! Tu te rappelles le petit bois de Ville d’Avray, on y retournera mon chéri et on se roulera dans l’herbe et dans les feuilles. Le soir nous faisons des réussites puis on lit les journaux, et on attend le courrier, on est un peu jalouse de celle qui a une lettre mais bien gentiment, on le montre le moins possible. C’est curieux de voir la mentalité des gens en ce moment, il y aurait des livres entiers à écrire sur les femmes pendant la guerre. Seulement pour cela, il faudrait avoir l’esprit libre et du talent.

Comme tu feras de belles choses en revenant, mais avant il faudra bien te reposer dans les bras de ta petite femme qui t’aime tant, pour qui tu es tout. Le bonheur pour moi est représenté par toi. C’est toi qui me l’as fait connaître et qui continueras à me le donner, en ce moment c’est un arrêt terrible, mais il ne faut surtout pas se démonter, et lutter, lutter, car après, il reviendra encore plus grand puisqu’on n’aura pas cessé ni un jour ni une minute de s’aimer. Je te quitte mon amour chéri, je continuerai demain puisque maintenant je vais t’écrire chaque jour. Tu risques de les recevoir, et moi il me semble que je me soulage un peu dans tes bras.

J’embrasse toi tout entier, je t’aime comme on ne peut pas plus t’aimer. Tu es mon petit chéri, mon amant.

Ta Dedée

1 : Voir la lettre d’André Warnod du 24-25 août 1914.
2 : Hélène Jourdan-Mohrange (1888-1861), violoniste, épouse du peintre Jacques Jourdan (1880-1916) et Alice Charpentier-Morhange, pianiste. Cette dernière épouse en 1915 le compositeur, chef d’orchestre et critique musical, Raymond Charpentier (1880-1960).

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.

8 septembre 1914*

Lettre d’André Warnod à Andrée Cahen-Berr

8 [septembre1]

Ma chère petite Dedée

Je viens de l’échapper belle. Je suis un des rares survivants de la pauvre 19e escouade [sic] à laquelle la journée d’hier a été fatale. Dans la nuit on nous avait envoyé remplacer un bataillon de chasseurs à pieds qui tenait depuis 3 jours à 500 mètres de l’ennemi. Nous sommes restés toute la journée dans des tranchées fortifiées sous une pluie d’obus qui tombaient en grêle avec un fracas épouvantable. Vers 3 heures de l’après-midi une de ces tranchées s’effondra enterrant la section qui l’occupait. C’est alors que les Prussiens sortirent de leurs retranchements. Les balles nous sifflaient aux oreilles, on les voyait venir sur une route ; on les descendait le mieux qu’on pouvait. À côté de moi un petit sergent reçut une balle dans la tête, je m’arrêtai de tirer pour lui bander sa blessure. Un obus traversa le toit de notre tranchée. Tout allait cependant pour le mieux et déjà devant nous les ennemis commençaient à reculer quand tout à coup, un soldat plein de sang vint nous avertir qu’une tranchée était prise, que notre ligne était débordée et que les Prussiens arrivaient par derrière.

Ils arrivaient sur notre droite, baïonnette au canon. On donna l’ordre de sortir de cette tranchée qui était une sorte de fossé très profond et où nous ne pouvions bouger. Ce fut une chose atroce. La moitié de la 19e Cie y resta. Il y avait 200 mètres à faire sous une véritable rafale de mitraille, les balles sifflaient, les obus éclataient sous nos pieds, à chaque pas quelqu’un tombait.

Par miracle, je n’ai pas eu la moindre égratignure. Quand la nuit tomba, on se rassembla. Le lieutenant était mort, il n’y avait plus de sergent, un seul caporal, on était partis 250, on revenait 75. Un de mes camarades avait reçu à côté de moi une balle dans le bras et un éclat d’obus au genou. Je l’ai aidé à aller jusqu’à l’ambulance dans un village. Il n’y avait pas assez d’infirmier, j’ai aidé à le soigner. C’est un pauvre type qui était fiancé et qui devait justement se marier ce jour-là. C’est la 1ère fois que j’ai eu une si réelle idée de la guerre.

Nous sommes aujourd’hui dans un malheureux village bombardé et incendié. Les derniers habitants s’en vont. Les chasseurs à pieds arrachent les portes et les volets pour construire des retranchements. On s’aperçoit de la mauvaise foi des paysans qui ne voulaient rien nous vendre disant qu’ils n’avaient plus rien alors qu’au contraire leur cave est pleine de vin, de saucisse, d’un tas de choses qu’ils ont dû abandonner. On ne saurait en vouloir aux malheureux soldats affamés qui se partagent ces provisions, encore que des patrouilles sont chargées d’arrêter les pillards. Et toujours ce canon qui tonne, ces obus qui éclatent, ces maisons qui brûlent. Tout cela finit par détraquer les nerfs.

Enfin, je suis sain et sauf, je crois que dans quelques jours on nous donnera un peu de repos. Et puis le principal c’est que cette guerre soit finie, que je te retrouve, qu’on soit bien heureux et bien tranquilles.

J’ai reçu ton télégramme, j’espère que tu as fais bon voyage. Écris-moi de ce Midi. Je t’aime mon cher petit plus que tout. Ne t’inquiète pas. Aie bien confiance. Je ne me [frappe] pas du tout. C’est une question de chance et je suis sûr que le sort nous sera favorable. Tes lettres me sont un grand réconfort, dans les moments de trop grand désespoir me rappellent que la vie recommencera quand ces horreurs seront finies.

Je t’embrasse, je t’aime.

A WD

Excuse cette motte de terre qui vient s’écraser sur ma lettre2 et à bientôt.

Embrasse ta mère pour moi.

1 : C’est la date du 8 août qui est inscrite sur ce courrier mais elle ne peut être qu’erronée puisque André Warnod n’a encore participé à aucune bataille le 8 août alors que début septembre, son régiment participe à deux batailles dans la région de Gellenoncourt (Meurthe et Moselle). Le JMO du 269e RI évoque l’épreuve du feu du 1er septembre puis une offensive allemande le 7 septembre au cours de laquelle les 17e, 18e et 19e compagnies sont « soumises à un violent bombardement qui démolit en partie les tranchées. » Le bilan des affrontements est lourd pour la 19e compagnie à laquelle appartient Warnod : « 1 officier tué ; tués, blessés ou disparus : 122 ». C’est de cette dernière bataille qu’il est question dans cette lettre.

2 : Un trait relie cette phrase à une tâche brune sur le bord de la feuille.

*Fonds André Warnod, musée de l’Armée, Paris.